Wall Street démarre en ordre dispersé alors que l'épidémie s'étend

Wall Street démarre en ordre dispersé alors que l'épidémie s'étend
Le New York Stock Exchange (NYSE) à Manhattan (New York), le 4 novembre 2020

AFP, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 16h40

La Bourse de New York a débuté une séance mitigée jeudi, alors que les cas de Covid-19 continuent d'augmenter rapidement aux Etats-Unis et malgré des indicateurs économiques favorables.

A 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,69% à 29.195,31 points. Le Nasdaq, qui concentre les grandes valeurs technologiques, tentait de poursuivre sans conviction son rebond de la veille en grappillant 0,7% à 11.794,53 points. Le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, lâchait 0,34% à 3.560,35 points.

La veille, le Dow Jones avait perdu 0,08%. Le Nasdaq avait bondi de 2,01% après deux séances de baisse. Le S&P 500 avait avancé de 0,77%.

"Il y a un peu de houle sur le marché aujourd'hui bien qu'on ait eu plutôt des bonnes nouvelles macro-économiques", a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital.

Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont nettement reculé à 709.000 (-48.000 par rapport à la semaine précédent), bien en-dessous des prévisions des analystes. Les prix à la consommation ont très peu augmenté en octobre: l'indice CPI s'est établi en hausse de 0,2% sur le mois et de 1,2% sur douze mois.

"Ces données montrent que le marché de l'emploi s'améliore et que l'inflation reste sous contrôle", a ajouté l'analyste en chef de Spartan.

"Mais il y a une nouvelle vague déferlante de cas de Covid-19 qui pourrait déprimer les investisseurs", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis recensaient au total mercredi près de 240.000 décès depuis le début de la pandémie pour plus de 10,3 millions de cas. Ils enregistrent à l'heure actuelle plus de 100.000 nouveaux cas chaque jour.

"Serait-ce le signe que les acteurs sur les marchés reconnaissent qu'ils ont été un peu trop empressés à l'idée d'une reprise économique face aux nouvelles perturbantes de l'augmentation exponentielle des cas de coronavirus aux Etats-Unis ?", s'est interrogé Patrick O'Hare de Briefing.

Cette propagation de l'épidémie, alors que les hôpitaux américains sont sous tension, "pourrait conduire à de réels dommages économiques dans l'attente des bénéfices d'un vaccin largement disponible", a craint l'analyste. 

En début de semaine, Wall Street et les Bourses mondiales avaient fêté dans l'euphorie l'annonce par les laboratoires Pfizer et BioNtech d'un futur vaccin "efficace à 90%". Le Dow Jones avait frôlé un nouveau record.

Jeudi matin, de nombreux secteurs évoluaient dans le rouge, des titres liés à l'énergie (-0,75%) aux banques (-1,33%) en passant par les actions industrielles (-0,68%).

Sur le marché obligataire, le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans reculait à 0,9193% contre 0,9753% la veille.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.