Wall Street: Dow Jones et S&P 500 à des records, le Nasdaq recule

Wall Street: Dow Jones et S&P 500 à des records, le Nasdaq recule

Wall street hésite à l'ouverture

A lire aussi

AFP, publié le mardi 12 décembre 2017 à 22h51

La Bourse de New York, portée par l'espoir d'avancées au Congrès sur le projet de réforme fiscale, a emmené le Dow Jones (+0,49%) et le S&P 500 (+0,15%) à des records, le Nasdaq perdant 0,19%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 118,77 points à 24.504,80 points. 

L'indice élargi S&P 500 a pris 4,12 points à 2.664,11 points

Le Nasdaq, à dominante technologique, a reculé de 12,76 points à 6.862,32 points.

"Le sénateur républicain John Cornyn a suscité un vent d'optimisme sur les marchés en évoquant la possibilité d'un accord sur la réforme fiscale dès mardi", a indiqué Quincy Krosby de Prudential.

Réunis dans un processus dit de "réconciliation", les membres des deux chambres du Congrès tentent actuellement de s'accorder sur une version commune du grand projet de réforme fiscale promise par Donald Trump.

Cet engagement du président a servi de carburant aux indices depuis son élection.

Le Dow Jones était dans le même temps soutenu par la progression de l'un de ses poids lourds, Boeing, le groupe aéronautique ayant annoncé une hausse de son dividende trimestriel de 20% et un nouveau programme de rachat d'actions.

"Les marchés veulent voir des rachats d'actions. C'est d'ailleurs l'une des explications de leurs attentes de réforme fiscale prévoyant un rapatriement des fonds détenus à l'étranger. Ils s'attendent à voir ces fonds affluer notamment vers des programmes de rachats d'actions", a commenté Mme Krosby.

La très probable hausse de taux de la banque centrale américaine (Fed) à l'issue de sa réunion de deux jours entamée mardi suscitait par ailleurs l'enthousiasme sur les valeurs financières, l'indice les regroupant au sein du S&P 500 prenant 1,09%.

"Les banques en ont surtout profité car elles bénéficient des taux plus élevés et sont la plupart du temps domiciliées aux Etats-Unis donc susceptibles de profiter des baisses d'impôts promises", a expliqué Mme Krosby.

- Prévisions pour 2018 -

Les chances d'une hausse de taux ont été alimentées mardi par la publication de l'indice des prix à la production pour novembre qui a affiché sur un an sa plus forte progression depuis 2012.

Davantage scrutées, les prévisions de croissance et de hausse de taux pour 2018, attendues lors d'une conférence de presse de la Fed mercredi, devraient donner de précieuses indications aux investisseurs quant à la manière dont l'institution perçoit l'économie américaine.

"La réunion de décembre représente souvent un tournant concernant ces projections économiques. Ce n'est pas une règle absolue mais avec une inflation et une croissance en hausse, et la promesse d'une baisse d'impôts pour les dirigeants d'entreprises, il est difficile d'imaginer qu'il n'y aura pas de changement", a indiqué Chris Low de FTN Financial.

Le marché obligataire baissait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,401% contre 2,384% lundi vers 21H30 GMT, et celui des bons à 30 ans était stable à 2,776%.

Sur le front des valeurs, le fabricant des jouets américain Mattel a baissé (-4,88% à 14,62 dollars) après avoir averti que ses ventes annuelles pourraient baisser jusqu'à 9%, en raison de stocks limités.

Le câblo-opérateur américain ComCast a avancé (+2,78% à 39,51 dollars) après avoir officiellement jeté l'éponge lundi dans la course au rachat d'une partie du groupe 21st Century Fox (+1,31% à 34,10 dollars), notamment les célèbres studios de cinéma, laissant le champ libre à Disney (+0,56% à 107,43 dollars).

ExxonMobil a reculé (-0,33% à 82,76 dollars) le groupe ayant commencé à évaluer l'impact financier des politiques environnementales sur son activité, une victoire pour les défenseurs de l'environnement engagés dans un bras de fer depuis plusieurs mois avec le géant pétrolier.

Nasdaq

Nyse

 
1 commentaire - Wall Street: Dow Jones et S&P 500 à des records, le Nasdaq recule
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    LR: Wauquiez fustige le choix de Bertrand
    Statut : refusé
    Il y a une heure
    le 12 12 2017 à 13 26
    je pense que pour bien comprendre et connaître les valeurs de l'UMP, le plus simple est encore d'écouter un discours de Chirac ( facile à trouver sur internenette) et qui s'appelle du bruit et de l'odeur , ou quelque chose comme ça.

    Un fois entendu ce que disait Chirac en 91, cela permet de savoir qui aurait traverser des " lignes rouges" comme dit M, Juppé et surtout de savoir dans quel sens.

    de wikipédia :

    Le discoursLe 19 juin 1991, au cours d'un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononce le discours qui contient l'expression le « bruit et l'odeur ». Voici un extrait5, portant sur l'immigration :

    « Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s'impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s'il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d'une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu'ils ne paient pas d'impôt ! [...] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu'il y a un problème de l'immigration, et que si l'on ne le traite pas et, les socialistes étant ce qu'ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l'opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes6,7. […] [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n'avait pas l'épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n'aurait rien à bouffer le soir8 ? »

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]