Wall Street emmène le Nasdaq et le S&P 500 à des records

Wall Street emmène le Nasdaq et le S&P 500 à des records
Des drapeaux flottent devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street, le 3 août 2020

AFP, publié le vendredi 21 août 2020 à 22h36

La Bourse de New York a terminé dans le vert vendredi, emmenant le Nasdaq et le S&P 500 à des niveaux inédits à la faveur de la performance d'Apple et d'indicateurs solides sur l'économie américaine. 

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est apprécié de 0,69% à 27.930,57 points. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,42% à 11.311,80 points, et le S&P 500 a gagné 0,35% à 3.397,23 points. 

Le Nasdaq et le S&P 500 ont enregistré une hausse hebdomadaire de respectivement de 2,7% et 0,7%, progressant pour la quatrième semaine de suite. Le Dow Jones est resté quasiment stable.

Vendredi, certaines stars de la tech ont certes lâché un peu de lest: Microsoft a reculé de 0,7%, Amazon de 0,4%, Alphabet de 0,1%, Facebook de 0,7% et Netflix de 1,1%. 

Mais Apple, l'entreprise qui a marqué cette semaine l'histoire de Wall Street en y devenant la première société à dépasser la barre des 2.000 milliards de capitalisation boursière, est encore nettement montée, de 5,2%. 

"Dès qu'il y a des inquiétudes sur la santé de l'économie, les courtiers et les investisseurs ont tendance à migrer vers le secteur de la technologie, où ils savent qu'il y a du potentiel de croissance aussi bien en termes de ventes que de bénéfices", remarque Quincy Krosby de Prudential. 

Les indicateurs du jour étaient de bon augure sur la situation de la première puissance économique mondiale. 

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont enregistré une hausse record en juillet, de 25%, et les prix ont eux aussi grimpé à des niveaux jamais vus. 

Et selon le cabinet Markit, l'activité manufacturière et dans les services croît en août plus fortement que prévu dans le pays.

"Ces données sont encourageantes pour l'emploi, le chômage continuant à rester à un niveau particulièrement élevé en raison des perturbations majeures provoquées par la pandémie", remarquent les analystes de Charles Schwab. 

- Tesla poursuit son ascension -

Les inscriptions hebdomadaires au chômage sont en effet reparties à la hausse la semaine passée aux Etats-Unis, repassant au-dessus de la barre du million.

Et d'autres données diffusées plus tôt dans la semaine ont montré que la croissance de l'activité manufacturière avait ralenti dans les régions de New York et de Philadelphie en août par rapport à juillet, souligne Mme Krosby. 

L'absence d'avancées dans les discussions à Washington entre républicains et démocrates sur un nouveau plan d'aides aux ménages et aux entreprises américains ont aussi pu inciter les investisseurs à la prudence.

Parmi les autres valeurs du jour, le conglomérat General Electric a pris 0,6% après avoir annoncé jeudi soir qu'il étendait le contrat de l'actuel directeur général Larry Culp jusqu'au moins aout 2024. 

Le fabricant de matériels agricoles Deere est monté de 4,4% après avoir dévoilé des résultats supérieurs aux attentes et relevé ses prévisions pour l'année.

La chaîne de magasins de chaussures Foot Locker est monté 1,4% après avoir aussi diffusé des chiffres trimestriels dépassant les prévisions. 

Le fabricant de véhicules électriques Tesla est encore monté, de 2,4%, après avoir clôturé la veille pour la première fois au-dessus des 2.000 dollars l'unité. 

Le laboratoire Pfizer s'est apprécié de 0,4%. le groupe est actuellement avec la biotech allemande BioNtech dans une phase d'essais cliniques à grande échelle de leur projet de vaccin et ils ont confirmé jeudi que celui-ci pourrait être prêt pour une évaluation par les autorités sanitaires dès octobre. Ils prévoient en cas de succès de fournir jusqu'à 100 millions de doses d'ici fin 2020.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,6331% contre 0,6509% jeudi soir.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.