Wall Street en nette baisse après le PIB américain et avant les géants de la tech

Wall Street en nette baisse après le PIB américain et avant les géants de la tech
Des drapeaux américains flottent devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 20 juillet 2020

AFP, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 16h27

Wall Street accentuait ses pertes jeudi en début de séance, digérant l'entrée officielle des Etats-Unis en récession et se préparant aux résultats des quatre géants américains de l'internet après la clôture.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, baissait de 1,85% à 26.049,56 points vers 14H15 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 1,00% à 10.437,66 points et le S&P 500 perdait 1,46% à 3.210,80 points.

La Bourse de New York avait fini dans le vert mercredi, portée par la bonne santé des grandes valeurs technologiques et par la décision de la Réserve fédérale de maintenir ses taux directeurs inchangés: le Dow Jones était monté de 0,61% et le Nasdaq avait pris 1,35%.

Avec une chute historique de son PIB de près de 33% entre avril et juin en rythme annualisé, la première économie mondiale est officiellement entrée en récession, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi.

Cette chute est toutefois moins importante que les 35% attendus par les analystes ou que les 37% estimés par le Fonds monétaire international.

Autre indicateur qui pesait sur le marché jeudi matin, les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont de nouveau augmenté, les nouvelles demandes s'établissant à 1,43 million la semaine dernière et dépassant les attentes des analystes, selon les chiffres du département du Travail.

"L'enseignement clef de ce rapport c'est que les demandes d'allocation chômage vont dans la mauvaise direction, ce qui indique que l'élan initial de reprise, qui avait permis de se sortir des profondeurs atteintes début avril, ralentit", note Patrick O'Hare de Briefing.com.

- Les GAFA dans le viseur -

Par ailleurs, le marché attendait la publication du bilan de santé d'Alphabet (maison mère de Google), Amazon, Facebook et Apple en fin de journée.

Les patrons des GAFA ont été auditionnés mercredi pendant cinq heures par une commission parlementaire américaine. Les élus démocrates les ont accusés de brider la concurrence et de nuire à la démocratie, tandis que les républicains se sont plaints d'être censurés sur ces plateformes.

Les titres des quatre titans étaient tous orientés à la baisse en début de séance new-yorkaise.

Parmi les valeurs du jour, le groupe de messageries américain UPS, qui a largement dépassé les attentes au deuxième trimestre grâce à la hausse du nombre de colis commandés par les particuliers et dans le secteur de la santé, voyait son action bondir de 12,77%.

Le titre du groupe américain de produits de grande consommation Procter & Gamble (P&G), qui a profité depuis le début de la pandémie du boom de la demande pour les produits de nettoyage, montait de 1,75%.

L'action Eastman Kodak continuait de progresser, gagnant près de 13%. Le célèbre groupe spécialisé dans la photographie va produire des ingrédients pour la pharmacie avec l'aide d'un prêt gouvernemental de 765 millions de dollars. 

AstraZeneca prenait 1,13%. Le patron du groupe pharmaceutique britannique, qui travaille à l'élaboration d'un vaccin contre le coronavirus, a déclaré jeudi sur CNBC qu'il serait peut-être nécessaire de faire des vaccinations annuelles, soulignant le caractère imprévisible du virus. 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,5429%, contre 0,5471% mercredi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.