Wall Street entame d'un bon pied une semaine chargée en nouvelles économiques

Wall Street entame d'un bon pied une semaine chargée en nouvelles économiques
Un drapeau flotte devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 31 août 2020

AFP, publié le lundi 28 septembre 2020 à 22h47

Wall Street a clôturé en nette hausse lundi, démarrant d'un bon pied une semaine chargée en nouvelles économiques et politiques, et cherchant à récupérer les gains perdus au cours des précédentes semaines.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a pris 1,51% à 27.584,06 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 1,87% à 11.117,53 points et l'indice élargi S&P 500 a gagné 1,61% à 3.351,60 points.

Vendredi, les indices avaient rebondi, avançant de 1,34% pour le DJIA et de 2,26% pour le Nasdaq. Mais sur la semaine, le Dow Jones et le S&P 500, l'indice le plus représentatif du marché américain, avaient perdu des points pour la quatrième semaine d'affilée.

"On a démarré la semaine sur une bonne note. Même si la tech et les banques ont mené la marche, la plupart des secteurs étaient en hausse", a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital Securities, soulignant que la semaine serait "intense" en nouvelles politiques comme économiques.

"Vendredi, on attend les chiffres de l'emploi et demain mardi, bien sûr, le premier débat présidentiel" entre Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden, a ajouté cet analyste.

"L'élection présidentielle semble être le prochain catalyseur majeur à court terme avec le premier débat cette semaine", a affirmé Art Hogan de National Holdings Corporation.

Les marchés en sauront aussi plus mardi sur le moral des consommateurs américains pour septembre et également sur leurs dépenses le mois d'avant, dont les chiffres seront publiés jeudi. 

Les analystes misent sur une amélioration de l'indice de confiance du Conference Board ce mois-ci. 

Pour août, la croissance des dépenses des consommateurs risque d'avoir ralenti, affirment les analystes, alors qu'ils voient leurs revenus en recul sévère.

Les investisseurs gardaient aussi les yeux rivés sur l'espoir d'un accord entre démocrates et républicains au Congrès pour une nouvelle aide budgétaire face aux dégâts sur l'économie provoqués par la pandémie de Covid-19. 

Les titres bancaires ont mené la danse, JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup terminant tous au-dessus de 2%.

Les compagnies aériennes ont redressé la tête. United Airlines, qui a noué lundi un accord avec ses pilotes permettant d'éviter la mise au chômage technique de 2.850 d'entre eux jusqu'au moins juin 2021, prenait plus de 5%. American Airlines, qui vient d'accepter un prêt de 5,5 milliards de dollars de la part du Trésor américain, gagnait presque 4%. Son dirigeant s'est dit "confiant" dimanche quant à l'éventualité d'une prolongation de l'enveloppe d'aide gouvernementale au-delà du 30 septembre.

Boeing prenait aussi de la hauteur (+6,49%), alors que mercredi, un vol test du 737 Max, cloué au sol depuis un an et demi après deux catastrophes, sera piloté par le chef de l'autorité de régulation aérienne (FAA) lui-même.

La compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic faisait un bond de plus de 24% après des commentaires favorables d'analystes.

Les producteurs américains de pétrole de schiste Devon Energy et WPX Energy, qui ont annoncé leur projet de fusion, voyaient leur titre grimper respectivement de plus de 11% et 16%.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine progressait à 0,6594% contre 0,6544% vendredi soir.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.