Wall Street, espérant un vaccin et un plan de soutien, finit en hausse

Wall Street, espérant un vaccin et un plan de soutien, finit en hausse
Un courtier passe un appel devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 20 juillet 2020

AFP, publié le mercredi 22 juillet 2020 à 22h57

La Bourse de New York a terminé dans le vert mercredi dans un marché saluant la décision du gouvernement américain d'investir dans un projet de vaccin contre le coronavirus et attendant l'adoption de nouvelles mesures de soutien à l'économie. 

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a gagné 0,62% à 27.005,84 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, est monté de 0,24% à 10.706,13 points et l'indice élargi S&P 500 a pris 0,57% à 3.276,02 points.

Les investisseurs ont bien accueilli une annonce des laboratoires BioNtech (+13,72%) et Pfizer (+5,10%) selon laquelle le gouvernement américain va payer 1,95 milliard de dollars pour obtenir 100 millions de doses d'un potentiel vaccin contre le nouveau coronavirus, développé par cette alliance germano-américaine.

"L'espoir qu'un vaccin efficace soit développé plus tôt que prévu est derrière la hausse de la Bourse", note Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

"Mais le marché est déconnecté de la réalité en anticipant que ce vaccin va être disponible dans un futur proche", tempère M. Cardillo.

Les acteurs du marché espéraient par ailleurs que le Congrès vote prochainement un nouveau paquet d'aide budgétaire pour soutenir l'économie américaine face à l'impact du coronavirus.

Selon CNBC, les Républicains envisagent de prolonger jusqu'à décembre une mesure prévoyant le versement d'une aide supplémentaire exceptionnelle pour les chômeurs, qui arrive à expiration à la fin du mois.

Le montant des versements tomberait à 400 dollars par mois.

La place new-yorkaise a fait du surplace en début de séance, réagissant à la nouvelle escalade diplomatique entre Washington et Pékin.

Les Etats-Unis ont effet ordonné mercredi à la Chine de fermer son consulat à Houston sans donner beaucoup de détails sur leurs motivations. Pékin a menacé Washington de "représailles."

L'annonce de cette décision intervient sur fond de tensions exacerbées entre les deux puissances sur plusieurs fronts: loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong, accusations d'espionnage, situation des droits de l'Homme au Xinjiang (nord-ouest) notamment.

Au rang des indicateurs, les reventes de logements anciens aux Etats-Unis sont reparties à la hausse en juin, grimpant de 20,7% par rapport à mai, après avoir souffert des mesures de confinement, selon les données de la Fédération nationale des agents immobiliers américains (NAR) publiées mercredi.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,5971% vers 20H20 GMT, contre 0,6004% mardi soir.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.