Wall Street hésite à la clôture de la première séance de juin

Wall Street hésite à la clôture de la première séance de juin
Une statue de George Washington devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Streeet (New York), le 23 mars 2021

AFP, publié le mardi 01 juin 2021 à 22h43

La Bourse de New York, qui avait démarré en hausse la première séance de juin, a terminé hésitante alors que les rendements obligataires se sont légèrement renforcés et que les cours du pétrole ont fortement grimpé mardi.

La Bourse de New York, qui avait démarré en hausse la première séance de juin, a terminé hésitante alors que les rendements obligataires se sont légèrement renforcés et que les cours du pétrole ont fortement grimpé mardi.

Selon des résultats définitifs, l'indice Dow Jones a grappillé 0,13% à 34,575,31 points, tandis que le Nasdaq, à forte concentration technologique, a lâché 0,09% à 13.736,48 points. L'indice élargi S&P 500, un instant à un nouveau record peu après l'ouverture, a cédé 0,05% à 4.202,04 dollars. 

"De solides données économiques mondiales, ajoutées à une robuste activité manufacturière aux Etats-Unis, ont préservé l'optimisme quant à la reprise et dopé les secteurs de l'énergie", soulignaient les analystes de Schwab, "mais cela s'est fait au détriment des actions dites de croissance ou du secteur de la technologie".

Pour Peter Cardillo de Spartan Capital Securities, la hausse des rendements sur les bons du Trésor à 10 ans, "a un peu enlevé le vent des voiles du secteur technologique".

Les taux de la dette américaine à 10 ans ont légèrement augmenté à 1,6079% contre 1,5943% la veille. 

Mais surtout, les craintes pour l'inflation se sont reflétées dans la vive hausse des cours du brut, a souligné M. Cardillo. "Le pétrole a fortement augmenté alors que l'Opep a semblé signaler au marché qu'elle n'escomptait pas l'arrivée immédiate de pétrole iranien sur le marché et que la situation n'était plus celle d'un offre excédentaire", a ajouté l'analyste.

Les titres du secteur de l'énergie ont grimpé de presque 4%, suivis par ceux de l'immobilier (+1,69%) et des matériaux (+1,39%).

Au rang des indicateurs, l'indice ISM d'activité manufacturière pour mai aux Etats-Unis s'est établi en hausse de 0,5 point à 61,2%, mieux que prévu, ouvrant une semaine chargée en nouvelles macro-économiques. Le Livre Beige de la Fed, qui doit donner le pouls de l'activité de la première économie du monde avant la prochaine réunion monétaire de la Banque centrale, est attendu mercredi.

Après les créations d'emplois dans le secteur privé jeudi, les investisseurs auront vendredi les yeux rivés sur les chiffres officiels du marché du travail pour mai. Les analystes s'attendent à un repli du taux de chômage à 5,9% avec une accélération des créations d'emplois à 650.000, selon la prévision médiane de Briefing.com.

Parmi les titres du jour, l'action AMC, favorite des boursicoteurs en ligne, a grimpé de 22,13% à 31,90 dollars, après que la chaîne de cinéma a levé 230,5 millions de dollars: elle a vendu 8,5 millions de titres au groupe d'investissement Mudrick, à un prix supérieur à celui de la clôture de vendredi alors que le titre avait déjà eu le vent en poupe toute la semaine.

Celui du distributeur de jeux video GameStop, également l'objet des spéculateurs individuels, a aussi grimpé nettement (+12,14% à 248,96 dollars). 

Le logiciel de visioconférence Zoom a conclu en baisse de 1,15% à 327,72 dollars, et lâchait davantage dans les échanges électroniques après la clôture (-1,75%), bien qu'il ait annoncé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes après la fermeture de la séance.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.