Wall Street ouvre encore dans le rouge après deux séances de baisse

Wall Street ouvre encore dans le rouge après deux séances de baisse
La Bourse de New York a démarré en baisse une séance volatile jeudi, après deux jours de repli qui ont particulièrement touché les actions technologiques.

AFP, publié le jeudi 25 mars 2021 à 15h28

La Bourse de New York a démarré en baisse une séance volatile jeudi, après deux jours de repli qui a particulièrement touché les actions technologiques.

La Bourse de New York a démarré en baisse une séance volatile jeudi, après deux jours de repli qui a particulièrement touché les actions technologiques.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones abandonnait 0,30%, le Nasdaq à forte concentration technologique lâchait 0,03%, après avoir perdu presque 1% à l'ouverture, et le S&P 500 cédait 0,12%.

La veille, le Dow Jones était à peine resté à l'équilibre abandonnant 0,01% à 32.420,06 points. Le Nasdaq avait chuté de 2,01% à 12.961,89 points. Le S&P 500 avait lâché 0,55% à 3.889,14 points.

Les taux sur les bons du Trésor à 10 ans étaient stables à 1,60%.   

Les trois indices avaient légèrement accéléré leur trajectoire de repli peu avant l'ouverture du marché lorsque le président de la Fed Jerome Powell, interviewé sur la radio publique NPR, a évoqué le jour où la Banque centrale retirerait son soutien à l'économie. 

"Au fur et à mesure que nous progressons substantiellement (...) nous réduirons progressivement la quantité de bons du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires que nous avons achetés", a-t-il indiqué. 

"Nous le ferons très progressivement au fil du temps et avec une grande transparence. Lorsque l'économie se sera presque complètement rétablie, nous retirerons le soutien que nous avons fourni pendant les périodes d'urgence", a ajouté le patron de la Fed, dressant une feuille de route de l'éventuelle sortie d'une politique ultra-accommodante.

Au rang des indicateurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé plus que prévu la semaine dernière, à 684.000, un niveau qui reste toutefois supérieur au sommet de 655.000 demandes observé après la crise financière de 2008.

"Nous prévoyons que les demandes vont continuer de reculer à mesure que la reprise prend de l'ampleur. Nous nous attendons à une amélioration significative du marché du travail en 2021 avec un taux de chômage sous les 5% cette année", a indiqué Nancy Vanden Houten, analyste pour Oxford Economics.

Dans le même temps, le ministère du Commerce a révisé en hausse la croissance du 4e trimestre, qui ressort à 4,3% au lieu de 4,1%, selon son estimation finale.

Les marchés allaient par ailleurs surveiller l'audition devant une commission parlementaire jeudi des dirigeants de Facebook, Google et Twitter sur la désinformation sur les réseaux.

Le réseau de microblogs perdait 1,40% après que le mannequin américain, présentatrice de télévision et épouse du chanteur John Legend, Chrissy Teigen a annoncé son départ de Twitter.

Nike perdait 3,24%, devenu jeudi la cible d'une tempête médiatique en Chine après son boycott du coton du Xinjiang, sur fond d'allégations de "travail forcé" imposé aux Ouïghours.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.