Wall Street ouvre hésitante en attendant la Fed

Wall Street ouvre hésitante en attendant la Fed
Le New York Stock Exchange (NYSE) à Manhattan (New York), le 16 novembre 2020

AFP, publié le mercredi 16 décembre 2020 à 16h43

La Bourse de New York évoluait près de l'équilibre peu après l'ouverture mercredi, guettant un potentiel accord sur un plan de soutien économique et la fin de la réunion monétaire de la Banque centrale américaine (Fed).

A 15H10 GMT, le Dow Jones lâchait 0,05% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, progressait de 0,13%.

L'indice élargi S&P grappillait 0,10%. 

Mardi, le Dow Jones avait gagné 1,13% à 30.199,31 points. Le Nasdaq avait affiché un nouveau record à 12.595,06 points, gagnant 1,25%. 

L'indice S&P 500 avait avancé de 1,29% à 3.694,62 points.

Les investisseurs se montrent "optimistes" sur la possibilité d'un accord pour un plan d'aide aux Américains, estimait Patrick O'Hare de Briefing.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré mardi soir "être optimiste (...) sur la conclusion d'un accord prochainement", après une séance de négociations tardive avec Nancy Pelosi, la leader démocrate du Sénat.

"L'optimisme sur la relance budgétaire était élevé dans les échanges hier et il l'est toujours aujourd'hui", a noté Patrick O'Hare. Mais "ce qui manque dans les déclarations des responsables politiques, ce sont les détails sur la façon dont ils vont faire des compromis. C'est là que réside un potentiel pour des déceptions", a-t-il aussi averti.

Les indices, nettement en territoire positif dans les contrats à terme de pré-séance, ont perdu du terrain après la publication d'un mauvais indice des ventes au détail pour novembre aux Etats-Unis. 

Elles ont plongé de 1,1%, la plus forte chute de cet indicateur de la consommation depuis avril, lors du déclenchement de l'épidémie aux Etats-Unis.

"Les ventes de détail ne sont pas seulement décevantes, elles sont horribles", a résumé Chris Low de FHN Financial. 

"A part une hausse des dépenses en nourriture, en matériaux de construction et un peu dans les achats sur internet, la baisse est généralisée à tous les secteurs", des automobiles à l'habillement en passant par l'électronique, l'essence et les restaurants, a pointé Patrick Ohare.

Les investisseurs attendaient également l'issue de la réunion monétaire de la Fed et la conférence de presse de son président Jerome Powell, la dernière de l'année et du mandat de Donald Trump.

La banque centrale, qui publiera de nouvelles prévisions économiques, devrait continuer à promettre son entier soutien au système financier. 

Certains sur les marchés souhaitent davantage, en espérant que la Fed élargisse ses achats d'actifs ou prolonge la maturité de ceux qu'elle détient, une façon de peser sur les taux à la baisse et de soutenir l'économie.

"Mais l'opinion dominante est que la Fed attendra probablement pour l'instant avant d'apporter des modifications à son programme d'achat d'actifs", a estimé l'expert de Briefing.

Parmi les valeurs du jour, Tesla perdait 1,47% après une forte ascension depuis des semaines. Le laboratoire Pfizer lâchait presque 2%.

La plateforme de commerce en ligne Wish, une nouvelle licorne tech, attendait sa cotation pour faire son entrée sur le marché du Nasdaq. 

La semaine dernière Airbnb (+7%) et DoorDash (+1,30%) avaient fait des entrées en trombe à la Bourse de New York.

Sur le marché obligataire, le rendement à 10 ans sur les bons du Trésor grimpait à 0,9213% contre 0,9080% la veille.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.