Wall Street poursuit sur la lancée le jour de l'élection et finit fort

Wall Street poursuit sur la lancée le jour de l'élection et finit fort
Des drapeaux flottent devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street, le 3 août 2020

AFP, publié le mardi 03 novembre 2020 à 22h41

La Bourse de New York a poursuivi sur sa lancée mardi pour terminer en forte hausse le jour d'une élection présidentielle américaine qui s'annonce serrée et dont les résultats définitifs pourraient n'être connus que dans les jours qui viennent.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a gagné 2,06% à 27.480,03 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, est monté de 1,85% à 11.160,57 points et l'indice élargi S&P 500 a engrangé 1,78% à 3.369,16 points.

Si les sondages nationaux donnent l'avantage au candidat démocrate Joe Biden face au président Donald Trump, la course s'annonce serrée dans plusieurs Etats clefs et les résultats du scrutin pourraient ne pas être connus dès mardi soir.

Laura McCandless de Schaeffer a espéré "qu'un gagnant soit déterminé rapidement, l'afflux de bulletins de vote par correspondance fait craindre à beaucoup un résultat en retard et la confusion que cela pourrait entraîner".

Patrick O'Hare de Briefing s'est montré plus optimiste, pensant que le marché "peut mieux gérer l'idée de résultats retardés que celle de résultats contestés".

Quoi qu'il en soit, les investisseurs ont retrouvé mardi le goût du risque en rangs ordonnés, prêts à tourner la page d'une campagne présidentielle sous haute tension. 

La Bourse new-yorkaise a semblé pousser un soupir de soulagement du type: "Dieu merci, c'en est fini!", a résumé JJ Kinahan de TD Ameritrade.

Le VIX, surnommé indice de la peur, qui mesure la volatilité de la Bourse new-yorkaise, s'est relativement assagi redescendant autour de 34 points après son deuxième pic en quatre mois la semaine dernière lorsqu'il s'était approché de 40.

En mars lors du choc de la pandémie, il avait grimpé à plus de 80.

Quel que soit le futur président, de nombreux courtiers pensaient, à l'instar de M. Kinahan "que beaucoup d'argent sera dépensé, que ce soit sous la forme d'une relance économique ou d'investissements d'infrastructures".

Parmi les actions du jour, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a chuté (-8,13%) après l'annonce du report de l'introduction à la Bourse de Shanghai du spécialiste du paiement en ligne Ant Group, fondé comme lui par le milliardaire Jack Ma.

Le service en ligne Paypal a lâché 4,23% après des prévisions décevantes.

Les grands noms de la tech ont repris de la vigueur à commencer par Twitter (+5,70%) fortement pénalisé la semaine dernière. Apple, Amazon, Google, Facebook ont gagné environ 1,50%. 

Wayfair (+7,24%), le distributeur d'ameublement, dont l'action a quadruplé depuis le début de la pandémie,a bondi après des résultats trimestriels mirobolants, montrant une hausse de 67% de ses ventes.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine remontait nettement à 0,8959% contre 0,8434% la veille alors que le dollar baissait et que la Banque centrale américaine (Fed) tient une réunion de politique monétaire mercredi, au lendemain du scrutin.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.