Wall Street progresse malgré un marché de l'emploi mal en point

Wall Street progresse malgré un marché de l'emploi mal en point
Le New York Stock Exchange à New York, le 30 avril 2020

AFP, publié le jeudi 07 mai 2020 à 22h35

Wall Street a fini dans le vert jeudi malgré le nombre toujours très élevé de demandes d'allocation chômage aux Etats-Unis la semaine dernière.

Le Dow Jones Industrial Average, son indice vedette, a gagné 0,89% à 23.875,89 points.

Le Nasdaq s'est apprécié de 1,41% à 8.979,66 points. L'indice à forte coloration technologique, à son plus haut niveau depuis début mars, est désormais positif sur l'ensemble de l'année.

L'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a pris 1,15% à 2.881,19 points.

"Les investisseurs anticipent une réouverture de l'économie et se projettent au-delà du Covid-19", indique Adam Sarhan de 50 Park Investment.

A cet égard, les plus de trois millions de nouvelles demandes d'allocation chômage la semaine passée aux Etats-Unis, selon le département du Travail, n'ont pas fait trembler la place new-yorkaise jeudi.

Ces chiffres s'expliquent par l'arrêt brutal de l'économie mi-mars avec la mise en place de mesures massives de confinement dans le pays pour endiguer le coronavirus.

Si le chômage reste à un niveau exceptionnellement élevé, le nombre de nouvelles inscriptions ralentit chaque semaine depuis début avril.

Le taux de chômage du mois d'avril sera publié vendredi, et atteindra sans aucun doute un niveau historiquement haut, 20% selon certains spécialistes.

Donald Trump a semblé faire écho aux prévisions optimistes des acteurs du marché jeudi en disant s'attendre à ce que l'année prochaine soit "phénoménale."

"Ce pays ne peut pas rester fermé et confiné pendant des années", a affirmé le président américain à des journalistes. 

- Uber investit dans Lime -

Au rang des autres indicateurs publiés jeudi, la productivité aux Etats-Unis a fortement diminué au premier trimestre 2020 par rapport au dernier trimestre 2019, reflet de l'arrêt de l'activité survenue brutalement à la mi-mars pour endiguer la pandémie du coronavirus, selon les estimations préliminaires publiées par le département du Travail.

La Chine a, elle, annoncé un rebond surprise de ses exportations en avril en dépit de la pandémie de coronavirus. Les importations se sont toutefois effondrées.

Parmi les valeurs du jour, Peloton a grimpé de 11,18% après avoir fait part d'une flambée de 66% de son chiffre d'affaires trimestriel sur un an. Le spécialiste des équipements de gym connectés a profité de l'explosion des ventes de ses vélos et tapis de course d'appartement ainsi que d'une hausse des abonnements à ses cours en ligne.

La plateforme de réservation de voitures avec chauffeur Lyft a vu son titre s'envoler de 21,67%. L'entreprise américaine a enregistré une hausse de 23% de ses revenus trimestriels en rythme annuel malgré l'impact du coronavirus sur son activité.

Son concurrent Uber est monté de 11,18%. La start-up californienne Lime, spécialisée dans la location de trottinettes électriques, a annoncé jeudi qu'Uber était à la tête d'un investissement de 170 millions de dollars, qui devrait consolider les liens existants entre les deux entreprises.

Alphabet (+1,77%), la maison mère de Google, fait également partie du cycle d'investissement annoncé par Lime.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en léger recul, s'établissant à 0,6314% contre 0,7030% mercredi soir.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.