Wall Street soutenue à l'ouverture par l'espoir d'un plan de relance

Wall Street soutenue à l'ouverture par l'espoir d'un plan de relance
Un drapeau flotte devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 31 août 2020

AFP, publié le mardi 20 octobre 2020 à 16h02

La Bourse de New York montait à l'ouverture mardi, s'accrochant toujours à l'idée de voir démocrates et républicains parvenir à un compromis sur un nouveau plan de relance aux Etats-Unis avant un ultimatum. 

Son indice vedette, le Dow Jones, prenait 0,62% à 28.371,64 points vers 13H45 GMT.

Le Nasdaq montait de 0,57% à 11.544,43 points et l'indice élargi S&P 500 de 0,69% à 3.450,41 points.

Wall Street s'était pourtant enfoncée dans le rouge lundi alors que l'espoir d'un consensus à Washington sur des mesures supplémentaires de soutien à l'économie s'amenuisait: le Dow Jones avait cédé 1,44% et le Nasdaq 1,65%. 

Mais mardi, "les marchés continuent de garder le faible espoir d'un accord sur des mesures budgétaires avant l'ultimatum (fixée par Nancy Pelosi) pour l'adoption d'un plan avant l'élection présidentielle", ont estimé les analystes de Charles Schwab. 

La responsable des démocrates au Congrès a en effet estimé que la date limite pour parvenir à un consensus sur un texte pouvant être entériné avant le 3 novembre devait être mardi soir. 

Son porte-parole a assuré lundi soir que Mme Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin s'étaient encore parlés dans la journée et que leurs différences "continuaient à se réduire".

S'ils parvenaient à un compromis, ce texte devra toutefois être aussi validé par le Sénat. Le chef des sénateurs républicains Mitch McConnell a, à plusieurs reprises, signalé qu'il ne soutiendrait pas un programme d'aides trop important.

Les données sur l'immobilier diffusées mardi étaient de leur côté encourageantes: les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont rebondi en septembre, enregistrant une hausse de 1,9%, après avoir reculé en août.

Les résultats du jour étaient contrastés. 

Le géant de l'informatique IBM reculait de 5,4% après avoir vu son chiffre d'affaires baisser pour le troisième trimestre consécutif.

Le groupe de produits de grande consommation Procter & Gamble (P&G) a pour sa part continué à profiter de la demande accrue pour les produits de nettoyage depuis le début de la pandémie et a relevé ses prévisions annuelles. Son titre prenait 1,8%.

Le groupe de défense Lockheed Martin (-0,3%) a aussi relevé ses prévisions annuelles après un troisième trimestre solide, soutenu pendant la pandémie par les ventes constantes au gouvernement de ses avions de combat F-35.

Alphabet, la maison mère de Google, s'appréciait de 0,7%. Selon une source judiciaire proche du dossier, le ministère américain de la Justice va engager mardi des poursuites contre le moteur de recherche pour atteinte au droit de la concurrence dans le but de préserver son monopole dans le domaine de la recherche et des annonces publicitaires en ligne.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.