Wall Street tente de repartir de l'avant après les pertes de la veille

Wall Street tente de repartir de l'avant après les pertes de la veille
Le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York) le 23 mars 2021

AFP, publié le mercredi 05 mai 2021 à 15h56

La Bourse de New York tentait de repartir de l'avant après l'ouverture mercredi à la suite des pertes des valeurs technologiques la veille à cause d'inquiétudes sur l'inflation.

La Bourse de New York tentait de repartir de l'avant après l'ouverture mercredi à la suite des pertes des valeurs technologiques la veille à cause d'inquiétudes sur l'inflation.

Vers 14H00 GMT, le Nasdaq qui avait lâché près de 2% la veille, rebondissait de 0,63%. Le S&P 500 gagnait 0,33% tandis que le Dow Jones grappillait 0,03%.

Mardi, des propos sur les taux d'intérêt de la part de la secrétaire au Trésor Janet Yellen avaient conduit les investisseurs à prendre leurs bénéfices, particulièrement ceux positionnés dans les actions de croissance comme celles du secteur technologique. 

L'ancienne présidente de la Banque centrale (Fed) a affirmé lors d'un événement organisé par The Atlantic qu'il faudrait peut-être "augmenter un peu les taux d'intérêt pour que l'économie ne surchauffe pas". 

Elle a ensuite fait un pas en arrière, intervenant lors d'une conférence distincte, pour assurer que ses propos n'étaient "ni une prédiction, ni une recommandation". 

Mardi, le Nasdaq, où se concentrent les grands noms américains de la tech, a accusé sa pire séance depuis fin mars, abandonnant 1,88% à 13.633,50 points.

Le S&P 500 a lâché 0,67%, à 4.164,66 points, tandis que l'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones, avait stagné (+0,06%) à 34.133,03 points.

"Certains vont dire que les actions rebondissent parce que la secrétaire au Trésor Yellen est revenue sur ses commentaires sur les taux", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les investisseurs ont repris confiance mercredi avec les bons résultats de General Motors. Le constructeur automobile a vu ses profits bondir au premier trimestre et a confirmé ses prévisions annuelles malgré la pénurie de semi-conducteurs. Son titre grimpait de plus de 2%.

Du côté de la tech toutefois, le titre de Lyft perdait plus de 1% même si le loueur de voitures avec chauffeur a réduit ses pertes trimestrielles davantage qu'attendu et fait progresser son chiffre d'affaires au-delà des attentes. Uber, dont l'action grappillait 0,28%, devait annoncer ses résultats trimestriels après la clôture.

Sur le plan des indicateurs, les créations d'emplois du secteur privé ont grimpé en avril aux Etats-Unis, en grande majorité dans les entreprises de services qui ont particulièrement souffert de la crise, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP. Avec 742.000 nouveaux emplois, c'est un peu plus faible que les prévisions, mais l'enquête a relevé de près de 50.000 le chiffre du mois précédent.

L'action Facebook, légèrement dans le rouge avant la décision de son Conseil de surveillance qui a maintenu la suspension au moins pour six mois du compte de l'ancien président Donald Trump du réseau social, virait légèrement au vert prenant 0,43%.

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans étaient stables autour de 1,58%.

  Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.