Washington demande à la Chine de fermer son consulat à Huston

Washington demande à la Chine de fermer son consulat à Huston©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 22 juillet 2020 à 12h29

Nouvelle escalade des tensions entre les deux pays... Le ministère des Affaires étrangères chinois condamne fermement et menace de prendre des mesures de représailles.

Pas de trêve estivale dans le conflit qui oppose les Etats-Unis et la Chine... Les sujets de tension ne manquent pas depuis quelques semaines, avec un nouveau point de crispation ce mercredi.

Pékin a été sommée de fermer son consulat de Houston au Texas, la quatrième ville la plus peuplée du pays. Le ministère des Affaires étrangères chinois a condamné fermement la décision en menaçant de prendre des mesures de représailles. Il a même évoqué une "escalade sans précédent". Les autorités américaines ont donné trois jours à la Chine pour fermer sa mission, a précisé le porte-parole Wang Wenbin.

"Nous avons ordonné la fermeture du consulat de la République populaire de Chine à Houston dans le but de protéger la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains", a par la suite confirmé la porte-parole du département d'Etat, Morgan Ortagus, dans un communiqué.

Des documents brûlés ?

Au départ de cette décision des Etats-Unis, la presse texane a rapporté mardi soir que des documents avaient été brûlés dans l'enceinte du bâtiment. Wang Wenbin, a répondu que Pékin avait été informé brutalement mardi de cette décision et s'est défendu en assurant que le consulat fonctionnait normalement.

Ces informations pèsent sur les marchés financiers : à Wall Street, les contrats à terme sur l'indice S&P 500 ont chuté, de même que les actions européennes, après l'annonce de la Chine, tandis que le dollar a effacé ses pertes.

Les points de frictions entre Washington et Pékin ne cessent de s'accumuler depuis des semaines. L'épidémie de coronavirus a attisé les tensions, Donald Trump ayant sous-entendu que le virus était sorti d'un laboratoire chinois.

Pile de dossiers

La situation à Hong Kong pèse également. Le président américain a ordonné la semaine dernière par décret la fin du traitement commercial préférentiel de Hong Kong afin de punir la Chine pour ses agissements à l'égard de l'ancienne colonie britannique. Il a aussi signé une loi destinée à sanctionner les représentants chinois impliqués dans la mise en oeuvre de la loi de sécurité nationale imposée par Pékin à Hong Kong et dénoncée par Washington.

Autres problèmes : le traitement de la minorité ouïghoure au Xinjiang, mais aussi les revendications de Pékin en mer de Chine ou encore les tensions commerciales, malgré un accord décroché en début d'année entre les deux parties, après de longs mois de difficiles négociations.

La menace chinoise ?

En visite à Londres mardi, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a appelé de ses voeux mardi la création d'une coalition mondiale pour contrer "la menace" représentée selon lui par la Chine.

Le département américain de la Justice a quant à lui rendu public mardi un acte d'inculpation visant deux ressortissants chinois accusés de cyberespionnage entre 2014 et 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.