Zoom a largement bénéficié de la distanciation sociale

Zoom a largement bénéficié de la distanciation sociale
Zoom a confirmé les attentes mardi avec des résultats financiers dignes de l'engouement suscité par le logiciel de visioconférence pendant le "Grand confinement"

AFP, publié le mercredi 03 juin 2020 à 11h56

Zoom a confirmé les attentes mardi avec des résultats financiers dignes de l'engouement suscité par le logiciel de visioconférence pendant le "Grand confinement".

De janvier à mars, l'entreprise californienne a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 169%, à plus de 328 millions de dollars, et dégagé un bénéfice de 27 millions.

Les mesures de distanciation sociale imposées pendant la pandémie de Covid-19 ont transformé la communication entre les personnes, qui ont eu massivement recours aux appels et conférences vidéo.

La crise du coronavirus "a entraîné une demande plus importante pour pour les interactions et collaborations en face-à-face et à plusieurs", a noté Eric Yuan, le fondateur et patron de Zoom, dans le communiqué de résultats.

"Les différentes utilisations ont pris beaucoup d'ampleur rapidement à mesure que les gens ont intégré Zoom dans leur travail, leur éducation et leurs vies personnelles", a-t-il ajouté.

L'interface a servi à des rendez-vous familiaux, des parties de poker, des cours d'école, des sessions de yoga ou encore des réunions professionnelles.

L'affichage en "mosaïque", avec tous les visages des participants, est devenu u
n symbole du confinement, copié ensuite par les géants des outils de communication, de Facebook à Google, en passant par Microsoft.

A la fin du premier trimestre, Zoom comptait environ 265.400 clients payants, des entreprises comptant chacune au moins 10 employés - soit un bond de 354% par rapport à l'an dernier, d'après la société basée à San Jose, dans la Silicon Valley.

Mais tout n'a pas été rose pour Zoom: l'afflux massif et soudain de nouveaux utilisateurs a entraîné des problèmes de sécurité et révélé des défauts dans la gestion des données confidentielles.

L'application a notamment souffert du "Zoombombing", nom donné au phénomène des intrusions de personnes mal intentionnées dans des appels vidéo privés.

L'Etat de New York a annoncé le mois dernier avoir trouvé un accord avec le groupe, qui doit en conséquence améliorer la protection de la plateforme contre les menaces de cybersécurité.

Cet accord a mis fin à une enquête lancée en mars par la procureure de l'Etat, Letitia James, sur les failles du logiciel.  

Zoom a récemment lancé une fondation philanthropique qui a commencé à faire des dons à des associations locales et internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.