2020, année record pour les IPO sur le NYSE

2020, année record pour les IPO sur le NYSE©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 02 décembre 2020 à 16h18

La pandémie de coronavirus et la forte volatilité des marchés n'y ont rien fait. 2020 restera une année historique en matière d'introduction en bourse aux Etats-Unis. "Nous avons connu l'année la plus chargée de l'histoire de la Bourse de New York", a déclaré Stacey Cunningham, présidente du New York Stock Exchange, lors de la conférence virtuelle 'Brainstorm Tech' organisée par 'Fortune'. Parmi les noms d'entreprises les plus ronflants ayant choisi le NYSE au cours des derniers mois, on retrouve notamment Palantir, Snowflake, DoorDash, alors qu'Airbnb est attendu dans les prochains jours.

La pandémie de coronavirus et la forte volatilité des marchés n'y ont rien fait. 2020 restera une année historique en matière d'introduction en bourse aux Etats-Unis. "Nous avons connu l'année la plus chargée de l'histoire de la Bourse de New York", a déclaré Stacey Cunningham, présidente du New York Stock Exchange, lors de la conférence virtuelle 'Brainstorm Tech' organisée par 'Fortune'. Parmi les noms d'entreprises les plus ronflants ayant choisi le NYSE au cours des derniers mois, on retrouve notamment Palantir, Snowflake, DoorDash, alors qu'Airbnb est attendu dans les prochains jours.

La "corrélation inverse typique entre la volatilité du marché et l'activité d'introduction en bourse" a ainsi été brisée en 2020. L'opérateur a en effet vu "une activité d'IPO record, non seulement pour des introductions en bourse classiques mais aussi pour des 'offres suivies', car les entreprises utilisent les marchés publics pour lever des fonds afin de relever les défis posés par la COVID-19 auxquels elles sont confrontées", a souligné Mme Cunningham.

La patronne de la Bourse de New York a précisé que les compagnies qui optent pour des échanges publics ne choisissent pas toutes une IPO 'traditionnelle'. Les SPAC (Special Purpose Acquisition Company) et les cotations directes - des mécanismes qui ne sont pas autant liés aux conditions du marché - ont ainsi le vent en poupe.

Selon la dirigeante, la frénésie d'IPO est due en partie au fait que les sociétés ont réalisé que la collecte de fonds sur les marchés privés était "soudainement plus coûteuse", alors que les entreprises optant pour le marché boursier collectent "très facilement et efficacement" des fonds sur les marchés publics. L'élection présidentielle controversée et prolongée n'a pas suffi à endiguer le flux de dépôts de dossiers S-1 cet automne. Mme Cunningham a ainsi dit observer des entreprises "revenir sur la touche, prêtes à entrer en bourse, et pas seulement au mois de décembre mais au début de 2021". Les amateurs d'IPO ne devraient pas s'ennuyer au cours des prochains mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.