33 A320neo d'Airbus concernés par les nouveaux problèmes du réacteur Pratt & Whitney

33 A320neo d'Airbus concernés par les nouveaux problèmes du réacteur Pratt & Whitney©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 février 2018 à 10h39

La montée en cadence des chaînes d'assemblage d'A320neo d'Airbus subit un nouveau contretemps à cause des moteurs produits par Pratt & Whitney, les PW1100G-JM. L'industriel a précisé que des discussions avaient été ouvertes avec ses clients concernant le planning de leurs livraisons, une façon détournée de confirmer qu'il y a un souci. Après que plusieurs incidents eurent récemment été recensés par des compagnies aériennes, l'Agence européenne de l'aviation civile a pris vendredi une directive restreignant l'utilisation des appareils équipés des réacteurs P&W, notamment pour des vols long-courriers et pour le survol de zones désertiques ou maritimes. La restriction concerne un lot de moteurs affichant le même numéro de série. Si un appareil est équipé de deux moteurs du lot concerné, il est alors cloué au sol. La compagnie indienne IndiGo a confirmé hier que trois de ses A320neo ne volent plus.

33 avions concernés

P&W a précisé dans un communiqué que le problème concernant le moyeu arrière du rotor du compresseur haute pression des réacteurs est analysé et que les clients des lots concernés ont été avertis. Ce problème est limité à une sous-population restreinte de moteurs, assure le groupe américain. Airbus a cherché à clarifier la situation en matinée. Le groupe a précisé dans un communiqué qu'environ 30% des 113 monocouloirs équipés de moteurs Pratt & Whitney actuellement exploités dans le monde possèdent un voire deux des réacteurs incriminés (ce qui recoupe les informations évoquant 33 A320neo). Ils sont répartis dans 18 compagnies. Airbus a ajouté que les problèmes identifiés sont sans rapport avec ceux qui avaient déjà affecté les moteurs en 2017.

Sandy Morris, qui suit le dossier Airbus chez Jefferies, est conforté dans son approche actuelle prudente du dossier, notamment car il redoute que de nouveaux problèmes ne surgissent sur les moteurs P&W à l'usage. Chez UBS, Céline Fornaro tablait jusque-là sur 355 livraisons d'A320neo cette année, dont 220 équipés du LEAP de CFM International (Safran / General Electric) et 135 du PW110G. Elle estime que l'impact pour Airbus est situé entre 8 et 9 M$ si l'avionneur n'est pas en mesure de remplacer une livraison de neo par un A320ceo (de génération précédente) ou par un neo équipé de moteurs LEAP. L'impact serait ramené à 3 M$ par appareil sir Airbus peut livrer un ceo à la place d'un neo. Dans la mesure où le problème n'affecte pas les appareils livrés avant, je présume qu'il est facilement surmontable, explique pour sa part Douglas Harned, chez Bernstein. Mais le spécialiste n'écarte pas pour autant des retards et souligne que le parc de moteurs à modifier enfle chez P&W. Il est encore difficile, cependant, d'en connaître les conséquences. Harned ajoute que la prime de prix dont bénéficie le LEAP sur son rival, qui aurait pu se réduire, devrait encore perdurer.

L'action Airbus manque le rebond après cette nouvelle affaire : elle baisse de -1,4% à 82,40 euros dans un marché qui grimpe de 1,4%.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU