AB Science : une étude confirme le masitinib comme thérapie potentielle dans les troubles neurodégénératifs dont la maladie d'Alzheimer

AB Science : une étude confirme le masitinib comme thérapie potentielle dans les troubles neurodégénératifs dont la maladie d'Alzheimer©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 08 mars 2021 à 14h56

AB Science annonce la publication d'un article évalué par des pairs dans lequel les auteurs concluent que le blocage des hémicanaux sur les mastocytes avec le masitinib représente une nouvelle stratégie prometteuse pour ralentir la progression des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Les hémicanaux permettent aux cellules de communiquer avec l'environnement extracellulaire et jouent divers rôles physiologiques et physiopathologiques dans le système nerveux.

AB Science annonce la publication d'un article évalué par des pairs dans lequel les auteurs concluent que le blocage des hémicanaux sur les mastocytes avec le masitinib représente une nouvelle stratégie prometteuse pour ralentir la progression des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Les hémicanaux permettent aux cellules de communiquer avec l'environnement extracellulaire et jouent divers rôles physiologiques et physiopathologiques dans le système nerveux.

Cet article de synthèse examine les hémicanaux et leur contribution à la dégranulation des mastocytes dans la maladie d'Alzheimer. Les données des expériences in vitro et in vivo (APPswe/PS1dE9, modèle de souris de la maladie d'Alzheimer) des auteurs sont particulièrement intéressantes dans la mesure où elles montrent une augmentation de l'activité des hémicanaux des mastocytes après traitement par le peptide amyloïde, entraînant une réponse de dégranulation et une libération accrue d'histamine. Le nombre de mastocytes dans les zones hippocampiques et corticales est augmenté de manière drastique avant même que les dépôts de plaques amyloïdes ne deviennent évidents, ce qui suggère que les mastocytes sont l'une des premières cellules du cerveau à reconnaître et à répondre aux peptides amyloïdes, et pourraient donc jouer un rôle essentiel dans l'apparition et la progression de la maladie d'Alzheimer. Il a été démontré que le traitement par le masitinib empêche totalement l'activité des mastocytes issus de la moelle osseuse et des mastocytes du cerveau induite par les hémicanaux en réponse aux peptides amyloïdes.

Les auteurs ont conclu que les hémicanaux exprimés par les mastocytes pourrait servir de cible moléculaire pour développer des traitements thérapeutiques qui pourraient retarder l'apparition et la progression de la maladie d'Alzheimer.

Cette étude conforte les résultats de l'étude de phase 2B/3, AB09004, qui a évalué le masitinib chez des patients atteints de formes légères et modérées la maladie d'Alzheimer.

AB Science rappelle avoir récemment annoncé que son étude de phase 2B/3 (AB09004), évaluant le masitinib chez des patients atteints de formes légères et modérées la maladie d'Alzheimer, avait atteint son critère d'évaluation principal prédéfini. Cette étude était une étude internationale de phase 2B/3, randomisée et contrôlée par placebo, évaluant différentes doses de masitinib comme traitement chez les patients atteints d'une maladie d'Alzheimer légère à modérée confirmée.

En séance, l'action AB Science est sur un cours de 15,16 euros, en petite hausse de +0,13%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.