Accor n'échappe pas à de lourdes pertes sur le semestre

Accor n'échappe pas à de lourdes pertes sur le semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 04 août 2020 à 18h10

Le groupe hôtelier Accor a vu son chiffre d'affaires réduit quasiment de moitié au premier semestre en tombant à 917 millions d'euros, en baisse de 48,8% à périmètre et change constants (pcc), et de 52,4% en données publiées par rapport au 30 juin 2019.

HotelServices, qui regroupe les redevances de Management & Franchise (M&F) et les Services aux propriétaires, a généré un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros, en baisse de 52,8% à données comparables reflétant la détérioration du revenu par chambre (RevPAR) sous l'impact de l'épidémie de Covid-19 et des mesures de confinement prises par les gouvernements dans le monde entier.

Le RevPAR du Groupe affiche une baisse globale de 59,3% au cours du premier semestre, incluant une baisse de 88,2% sur le second trimestre. En France, le RevPAR est en baisse de 60,4% à données comparables au cours du premier semestre. La majorité des hôtels du Groupe était encore fermée au cours du mois de juin. Paris et la région parisienne (RevPAR en baisse de 62,2%) souffrent davantage que la province (RevPAR en baisse de 58,9%). Cette tendance s'est amplifiée au cours du mois de juillet.

L'excédent brut d'exploitation (EBE) du Groupe est négatif et s'établit à -227 millions d'euros au 30 juin 2020. La sensibilité de l'EBITDA au RevPAR ressort à moins de -20 millions d'euros pour chaque point de baisse de RevPAR. Le résultat net semestriel part du Groupe est négatif à hauteur de 1,51 millions d'euros, y compris 1 milliard de charges non courantes qui sont principalement des dépréciations d'actifs. Ces dépréciations sont le résultat des perspectives révisées de retour aux niveaux d'activité d'avant crise en 2023 et de l'augmentation des taux d'actualisation du fait de la volatilité des marchés.

Accor annonce le lancement d'un plan d'économie de coûts récurrents de 200 ME. En rythme annualisé, 2/3 des économies seraient atteintes à fin 2021 et 100% à fin 2022. L'environnement actuel, lié à la crise du Covid-19, ne permet pas au groupe d'avoir une visibilité suffisante pour donner une fourchette raisonnable d'objectif d'Excédent Brut d'Exploitation pour l'année 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.