Accor tente un rebond sur les 26 euros

Accor tente un rebond sur les 26 euros
Accor hôtels

Boursier.com, publié le vendredi 17 avril 2020 à 14h25

Malmené cette semaine, le titre Accor rebondit de près de 6% ce vendredi, de retour à 26 euros. Le flux vendeur sur le dossier avait été alimenté ces dernières séances par des avis très prudents d'analystes, dans un contexte sectoriel tendu. Contraint de fermer une grande partie de ses hôtels et de mettre au chômage les trois quarts de son personnel, le groupe hôtelier traverse, à l'image de l'industrie touristique, une période très délicate...

Toutefois, grâce à sa transformation récente vers un modèle "asset-light" et à sa stratégie de préservation des liquidités, le groupe Accor peut aujourd'hui s'appuyer sur un bilan fort, avec plus de 2,5 milliards d'euros de liquidités disponibles, et une ligne de crédit revolving non tirée de 1,2 milliard d'euros.

Atouts en main

S'il est encore trop tôt pour estimer la durée de cette crise, le groupe anticipe d'ores et déjà de fortes répercussions sur ses performances pour 2020, mais demeure très optimiste sur les perspectives de l'industrie hôtelière, a fortiori sur celles du groupe, que ce soit pour ses collaborateurs, ses propriétaires ou ses actionnaires.
Dans cette période sans précèdent, le Conseil d'administration de Accor a décidé de compléter les actions mises en place par le management, en retirant sa proposition de paiement du dividende prévu au titre de l'exercice 2019, soit 280 millions d'euros.

Sébastien Bazin, le PDG d'Accor, s'est donc montré rassurant dernièrement, mettant en avant la solidité de son entreprise... La dégradation brutale de l'environnement a amené le groupe à prendre des mesures drastiques pour l'ensemble de ses opérations. Ces mesures sont indispensables pour atténuer l'impact sur les résultats et la liquidité du groupe Accor, et préparer le rebond d'après-crise.

Mesures d'adaptation

Les premières mesures pour faire face à cette situation ont été mises en place dès le mois de février... Compte tenu de l'évolution décrite ci-dessus, le groupe a décidé de mettre en place de nouvelles actions fortes. Au global, celles-ci incluent : - L'interdiction de voyager, le gel des embauches, le chômage partiel ou technique concernant 75% des effectifs des sièges dans le monde au deuxième trimestre, générant une réduction minimum de 60 millions d'euros des coûts centraux sur l'année 2020, - La revue des investissements récurrents prévus pour 2020, aboutissant à une diminution de 60 millions d'euros des dépenses pour l'exercice.

Le groupe continue parallèlement de rationaliser tous les autres foyers de coûts (distribution, marketing, informatique...), pour faire face à la réduction anticipée du chiffre d'affaires. Parmi les derniers avis de brokers, Barclays a dégradé le groupe hôtelier à 'pondération en ligne' en visant un cours de seulement 21 euros...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.