AccorHotels achève sa mue les poches pleines

AccorHotels achève sa mue les poches pleines
Accor est le 1er groupe hôtelier

Boursier.com, publié le mercredi 28 février 2018 à 09h20

Certains professionnels s'attendaient à une conclusion rapide du désengagement d'AccorHotels de sa division regroupant les actifs immobiliers, AccorInvest (ou HotelInvest selon l'ancienne terminologie). Ils avaient raison puisqu'un accord a été signé hier. Il faut dire que le marché attend depuis plusieurs mois que le projet aboutisse. Autant dire qu'il était mûr pour en prendre connaissance.

AccorHotels va vendre 55% d'AccorInvest à un pool d'investisseurs comprenant deux fonds souverains (le saoudien PIF et le singapourien GIC) des investisseurs institutionnels (Crédit Agricole Assurances, Amundi et Colony) et des investisseurs tiers qui préfèrent rester discrets. L'opération va rapporter 4,4 milliards d'euros bruts en liquidités au groupe. Lors de la conférence de présentation, le PDG Sébastien Bazin s'est excusé d'avoir été imprécis dans le communiqué de presse : il ne faut pas considérer qu'AccorInvest est valorisé 8 MdsE à 100% mais bien que le montant de 4,4 MdsE constitue le produit la participation, de la cession des titres et de la baisse de l'endettement. L'accord a été signé sur la base d'une valeur d'entreprise de 6,25 MdsE, un peu inférieure aux 6,5 MdsE mentionnés précédemment.

AccorInvest opère un parc de 891 hôtels, essentiellement en Europe sur les segments économique et milieu de gamme. Sur ce total, 324 hôtels sont détenus en pleine propriété et 567 sont exploités au travers de contrats de location. Pour l'heure, les parties sont encore en négociations, mais les investisseurs ont pris des engagements fermes de réaliser l'opération tandis qu'AccorHotels leur a octroyé une exclusivité. L'opération est soumise aux obligations habituelles et à la consultation des actionnaires. Elle devrait cependant être bouclée d'ici la fin du mois de juin. Postérieurement, AccorInvest sera intégrée par mise en équivalence.

1,35 MdE de rachats d'actions, 1 MdE de désendettement

En parallèle, le groupe a annoncé qu'un programme de rachat d'actions doté de 1,35 MdE sera déployé sur deux ans grâce au produit de la transaction. Cela représenterait environ 10% du capital sur la base des cours actuels. Ce niveau est proche de ce que prévoyaient certains analystes. Il est apparu hier lors de la conférence de présentation que le groupe allait consacrer 1 MdE à son désendettement, ce qui laisse environ 2 MdsE sur la table en intégrant le programme de rachat, ou plutôt entre 1 et 1,5 MdE en retirant les fonds nécessaires au rachat de Mantra (800 à 900 ME). Sébastien Bazin a fait sienne cette répartition avancée par un analyste.

Les premières réactions d'analystes sont positives, à l'image de Goldman Sachs, qui a relevé de 48,80 à 55 euros son objectif de cours sur le dossier ce matin, en recommandant à ses clients d'acheter. Les bureaux d'études apprécient depuis longtemps le projet du groupe de devenir un acteur agile du secteur, c'est à dire un opérateur de marques dont le bilan n'est pas grevé par le foncier. Mais les premiers échanges sont baissiers pour le titre, qui perd -1,6% à 47,38 euros. L'annonce était attendue depuis si longtemps que le marché ne réagit guère. C'est pourtant un accord "gagnant-gagnant", juge Bruno de La Rochebrochard, chez Bryan Garnier, qui recommande d'acheter le titre en visant 49,50 euros. Raymond James reste également positif, avec un objectif ajusté de 54 à 55 euros.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU