Adocia annonce le lancement d'une étude de Phase 1 de BioChaperone Pramlin

Adocia annonce le lancement d'une étude de Phase 1 de BioChaperone Pramlin©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 16 avril 2018 à 07h47

Adocia, la société biopharmaceutique spécialisée dans le traitement du diabète et d'autres maladies métaboliques par des formulations innovantes de protéines approuvées, annonce aujourd'hui le lancement d'une étude de Phase 1 de BioChaperone Pramlintide Insuline (BC Pram Ins), sa co-formulation prête à l'emploi de pramlintide et d'insuline humaine. La technologie propriétaire BioChaperone permet de solubiliser et de stabiliser en solution aqueuse à pH neutre le pramlintide, le seul analogue d'amyline approuvé par la FDA pour le traitement du diabète, rendant possible sa combinaison avec l'insuline.

L'étude vise à investiguer les profils pharmacocinétique et pharmacodynamique, ainsi que la sécurité d'emploi et la tolérance au traitement de BC Pram Ins chez des personnes avec un diabète de type 1, comparé aux injections séparées d'insuline humaine (Humuline, Eli Lilly) et de pramlintide (Symlin, Astra Zeneca) ainsi qu'à l'insuline prandiale lispro (Humalog, Eli Lilly).

"Nous sommes très heureux d'initier l'évaluation clinique de BioChaperone Pramlintide Insuline, car cette combinaison pourrait significativement améliorer le contrôle glycémique post-prandial par rapport aux insulinothérapies existantes. En effet, la co-formulation d'insuline et de pramlintide mime la co-sécrétion physiologique des hormones synergétiques insuline et amyline par les cellules bêta du pancréas." commente le Dr. Stan Glezer, Directeur Médical d'Adocia. "En faisant tomber l'obstacle à l'adhérence que constituent les injections supplémentaires, nous espérons réaliser pleinement le potentiel thérapeutique du pramlintide pour les personnes avec un diabète de type 1."

Chez les personnes sans diabète, l'insuline et l'amyline sont co-sécrétées par les cellules bêta du pancréas et agissent en synergie pour contrôler la glycémie. Tandis que l'insuline contrôle le stockage du glucose, l'amyline contrôle son apparition dans le flux sanguin en supprimant la glycogénèse par l'inhibition du glucagon et en contrôlant la vidange gastrique et diminue la prise alimentaire via l'induction d'une sensation de satiété. Quand le diabète progresse, ni l'insuline ni l'amyline ne sont finalement sécrétées. Bien qu'étant un traitement vital pour les personnes avec un diabète de type 1, et ultimement requise pour traiter le diabète de type 2, l'insulinothérapie seule est souvent insuffisante pour atteindre un contrôle prandial optimal, peut-être parce que l'amyline est aussi requise. Beaucoup de personnes sous insulinothérapie présentent des variations importantes de leur glycémie et il est fréquent qu'elles n'atteignent pas les objectifs fixés avec leur médecin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.