AgroGeneration : EBITDA en amélioration significative

AgroGeneration : EBITDA en amélioration significative©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 28 avril 2021 à 19h17

En 2020, AgroGeneration a produit environ 169.150 tonnes de céréales et d'oléagineux (contre 170.600 tonnes en 2019) sur une surface cultivée de 56.000 hectares environ. La légère baisse de volume s'explique principalement par le mix de cultures choisi par la direction en 2020, avec une prévalence sur le blé et le tournesol. La plupart des autres cultures (maïs, soja, pois, pois chiches) a été remplacée par des cultures de tournesol en 2020.

En 2020, AgroGeneration a produit environ 169.150 tonnes de céréales et d'oléagineux (contre 170.600 tonnes en 2019) sur une surface cultivée de 56.000 hectares environ. La légère baisse de volume s'explique principalement par le mix de cultures choisi par la direction en 2020, avec une prévalence sur le blé et le tournesol. La plupart des autres cultures (maïs, soja, pois, pois chiches) a été remplacée par des cultures de tournesol en 2020.

La récolte de blé en 2020 d'AgroGeneration a été un succès avec plus de 114.000 tonnes en poids net, pour un rendement moyen de 4,4 tonnes/ha. Ce rendement est supérieur à celui de l'année dernière (+ 10%) et nettement supérieurs aux rendements moyens ukrainiens de plus de 18%. Le temps sec en été a favorisé la bonne qualité du blé.

En revanche, le temps sec, qui a duré du milieu de l'été à l'automne avec de rares pluies, a impacté les rendements de tournesol du Groupe par rapport à l'année précédente. Au total, le Groupe a récolté plus de 51.000 tonnes de tournesol en 2020 avec un rendement net moyen de 1,8 tonnes/ha (contre 2 tonnes/ha en 2019).

Le chiffre d'affaires d'AgroGeneration s'élève à 39,1 ME en 2020, en hausse de 8,5 ME, contre 30,6 ME en 2019, principalement due à la vente de 175.700 tonnes (en hausse de 14.800 tonnes par rapport à 2019) des stocks de cultures de 2019 et à une grande partie de la récolte 2020 à des prix de vente plus élevés.

Les ventes se décomposent comme suit :

29,1 ME correspond au chiffre d'affaires lié à la vente de 131 300 tonnes produites en 2020, soit une hausse de 14 800 tonnes par rapport à 2019 principalement due à la hausse des ventes du blé d'hiver. La différence entre le tonnage produit et vendu d'environ 37.800 tonnes correspond à la production conservée par la société pour ses propres besoins (semences) et à un stock (principalement du tournesol) à vendre en 2021 ;
9,2 ME correspond au produit de la vente des stocks de l'année 2019 (44 310 tonnes) ;
0,8 ME correspond aux autres produits et services (stockage, séchage).
La part des ventes à l'export (y compris la production stockée) baisse à 33% (contre 60% en 2019). Le contexte de prix plus favorable au niveau local a conduit la direction du Groupe à privilégier les ventes sur le marché ukrainien. Hors cultures non exportables (tournesol), la proportion serait de 43%.

La marge brute s'est nettement améliorée, passant de (2,0) ME en 2019 à 16,5 ME en 2020, soit une amélioration de 18,5 ME
Grâce à de bonnes performances de production combinées à une hausse des prix et à une réduction significative des frais commerciaux et administratifs, l'EBITDA est en amélioration significative de 19,5 ME contre (1,2) ME en 2019.

Les autres charges nettes de (0,4) ME en 2020 concernent principalement des dépréciations d'immobilisations lors de la réévaluation au 31 décembre 2020. À titre de comparaison, en 2019, le montant était de 8,9 ME principalement en raison de la dépréciation des écarts d'acquisition (goodwill) de (7,7) ME (sans impact sur la trésorerie) mais aussi de la diminution des économies d'échelle liée à ce nouveau périmètre d'activité du Groupe et par (1,4) ME de résultat net des cessions d'immobilisations survenues en 2019.

Ainsi, le résultat opérationnel ressort à 11,2 ME, contre (19,9) ME en 2019, soit une hausse de 31,1 ME.
La charge financière nette s'établit à (9,2) ME contre un résultat financier net de 2 ME en 2019. La baisse de 11,2 ME s'explique principalement par des variations de pertes de change (impact d'environ 13,1 ME) compte tenu de la dépréciation de la Hryvnia ukrainienne en 2020. Hors effet de change, le Groupe a fortement réduit ses charges financières (d'environ 1,9 ME par rapport à 2019) grâce à une réduction significative de l'endettement.
Au final, le résultat net du Groupe ressort à 2,6 ME, contre une perte nette de (17,4) ME en 2019.

Structure financière

Au cours de l'exercice, les capitaux propres sont passés de 27,9 ME à 34,7 ME. Cette amélioration s'explique par le résultat net de 2,6 ME et par la réévaluation des actifs, par un expert indépendant, pour un montant de 8,4 ME, malgré des écarts de conversion de (4,2) ME.

Les flux de trésorerie générés par l'activité s'élèvent à 13,8 ME. Ces flux de trésorerie ont permis à l'entreprise de couvrir les dépenses d'investissement, le remboursement des emprunts et les intérêts payés au cours de l'année. À la fin de l'année, la trésorerie disponible s'élève à 4,6 ME.

Le Groupe a sensiblement diminué le montant de son endettement net qui passe de 35,6 ME fin 2019 à 25,1 ME fin 2020. Hors IFRS 16, l'endettement net s'établit à 11 ME fin 2020 contre 16,7 ME en 2019 (-34%). Le ratio de dette nette s'est amélioré à 32% des capitaux propres.

AgroGeneration dispose désormais d'une structure financière équilibrée et solide et prévoit de continuer à réduire progressivement sa dette afin de réduire encore les intérêts.

Perspectives 2021

L'année 2020 a marqué un véritable retour à la profitabilité opérationnelle pour AgroGeneration. La nouvelle campagne 2021 a bien démarré. Sur une surface d'environ 56.000 hectares de terres cultivées cette année,
28.000 hectares ont déjà été semés en blé d'hiver dans des conditions météorologiques jusqu'à présent favorables.

Pour la saison de production 2021, AgroGeneration prévoit de suivre la même stratégie de production adoptée en 2020 en privilégiant le blé et le tournesol et en conservant des surfaces mineures pour d'autre cultures (en tenant compte de plus de diversification et de la faisabilité agronomique).

Afin de pérenniser sa performance opérationnelle, le Groupe prévoit de poursuivre l'amélioration de la structure de coûts par :
Finalisation des mesures de réduction des coûts annoncées fin 2019-début 2020 : le plein effet des économies de coûts mises en oeuvre au niveau du siège du Groupe doit se refléter dans les résultats fin 2021. Par ailleurs, la Société poursuivra l'optimisation des coûts au niveau des fermes (y compris l'optimisation de l'utilisation des machines et des infrastructures, la révision des frais de services tiers, etc.).
Optimisation des dépenses : l'amélioration significative de la performance du Groupe obtenue en 2020 conduit à une baisse des besoins de financement. Le Groupe a sécurisé le financement de la saison cette année avec son partenaire bancaire habituel (Alfa Bank) et sans recours aux contrats de prépaiement.
Le bon démarrage de la campagne agricole 2021, associé au maintien des économies de coûts, devrait conduire à la poursuite du redressement de la société.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.