Air France KLM chahuté après l'annonce du nouveau DG

Air France KLM chahuté après l'annonce du nouveau DG©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 17 août 2018 à 10h10

C'est désormais officiel. Air France KLM a annoncé hier soir la nomination du Canadien Benjamin Smith au poste de directeur général de la compagnie franco-hollandaise. Ancien numéro deux chez Air Canada, dont il a été un acteur clé du développement économique et commercial et de la transformation, Benjamin Smith prendra ses fonctions chez Air France-KLM au plus tard le 30 septembre 2018. Il deviendra ainsi le premier patron non français du transporteur. "Il sera chargé en priorité de redynamiser Air France, de donner une profonde impulsion stratégique au groupe, et de travailler avec les équipes à une nouvelle approche managériale", souligne le groupe, qui ajoute que Benjamin Smith sera nommé dès que possible administrateur d'AF -KLM, avec le plein soutien de l'Etat français.

Le gouvernance de transition reste en place pour le moment

En attendant son arrivée, la gouvernance de transition mise en place le 15 mai 2018 reste en place. Anne-Marie Couderc, Présidente non exécutive du Conseil d'Air France-KLM et d'Air France, et le Comité de Direction Collégiale du groupe continuent d'exercer leurs responsabilités.

Un choix contesté par les syndicats...

La nomination d'un homme qui a fait toute sa carrière dans le transport aérien est loin de faire l'unanimité à l'intérieur même de l'entreprise. Plusieurs syndicats ont fait part de leur mécontentement au cours des derniers jours à l'image de l'intersyndicale d'Air France, qui affirmait jeudi matin que le choix du groupe devait "se porter sur la défense des intérêts de notre compagnie nationale".

Le nouveau directeur général aura la tâche délicate de relancer les négociations sur les salaires et les conditions de travail, dans une impasse depuis la démission début mai de Jean-Marc Janaillac, désavoué lors d'une consultation des personnels sur un projet d'accord salarial.

Mais salué par les analystes

"Les syndicats d'Air France ont été très hostiles", explique Daniel Roeska, analyste chez Bernstein. "Ce qui, paradoxalement, pourrait bien indiquer qu'il (Benjamin Smith) est effectivement un bon choix... A ce poste, il (Benjamin Smith) doit mettre en place une gouvernance et une direction pour diriger. En deuxième lieu, la question clé c'est l'ampleur du soutien que le conseil d'administration lui a accordé".

Le titre sous pression

Le titre est chahuté en matinée à Paris, en repli de 3% à 8,8 euros. Les menaces de nouvelles grèves de plusieurs syndicats pèsent fortement sur la valeur. Vincent Salles, co-secrétaire général du syndicat CGT Air France, a ainsi déclaré ce matin sur 'franceinfo": "Il y a de forts risques de grève si monsieur Benjamin Smith n'est pas capable de mener un dialogue avec les syndicats". Le syndicaliste se montre par ailleurs méfiant sur les intentions du nouveau dirigeant: "On pense qu'il est là pour faire grossir le low cost au sein du groupe Air France au détriment de la maison-mère, Air France, et mettre en place des accords au rabais qui vont dégrader les conditions de travail et les salaires". Les premières semaines du nouvel homme fort de la compagnie s'annoncent mouvementées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.