Air France KLM, la mauvaise pioche du premier semestre

Air France KLM, la mauvaise pioche du premier semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 26 mars 2018 à 12h46

Air France KLM a perdu le tiers de sa valeur en 2018, après avoir flambé de 131% en 2017, ce qui en fait la seconde moins bonne performance de l'indice SBF 120 derrière Technicolor cette année. Le dossier suscite une certaine prudence de la part des analystes, avec 30% de recommandations positives seulement malgré ce net reflux du titre. L'actualité du transporteur a récemment été dominée par les grèves en France. Le personnel d'Air France est toujours vent debout contre les projets stratégiques du management, qui estime qu'il ne peut aller au-delà des propositions déjà formulées. Dans un entretien accordé au 'JDD' il y a un peu plus d'une semaine, le PDG Jean-Marc Janaillac jugeait que le transport aérien français souffre toujours d'un manque de compétitivité, même vis-à-vis de ses concurrents européens. En cause, un réveil tardif et un environnement fiscal, social et réglementaire trop défavorable, juge Janaillac, qui parle d'un différentiel de plusieurs centaines de millions d'euros en charges annuelles avec les homologues européens.

En Bourse, le titre navigue actuellement sur les 9 euros, très loin des 14,30 euros signés en janvier dernier. Très loin aussi du plancher 2017 touché à 4,815 euros en février. Actuellement, les objectifs vont de 8 euros chez ABN Amro à 17,50 euros chez Kepler Cheuvreux. L'objectif moyen est à 12,90 euros.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Air France KLM, la mauvaise pioche du premier semestre
  • avatar
    colorado59 -

    pour quelle compagnie concurrente les syndicats d'Air France roulent-ils ?

  • avatar
    alasoupe -

    Et alors, il n'est pas temps de freiner certains syndicats no limit, qui piétinent leur entreprise ! Genre les pilotes ... Pourquoi ne pas aller vers une privatisation et retrait de l'état ?

  • avatar
    FelixM -

    A mon sens investissement possible vers 8,50 €. Bien entendu très risqué.
    Et pour Technicolor, dont parle l'article, j'y réfléchirais si le titre perdait encore 50 % et se trouvait dans la zone des 0,70 à 0,80 €.
    Evidemment, ces envies ne peuvent valoir que pour une fraction marginale d'un portefeuille.