Air France KLM : la recette unitaire en question

Air France KLM : la recette unitaire en question©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 février 2018 à 11h09

Le marché punit assez durement Air France KLM ce matin, qui aligne une sixième séance consécutive dans le rouge. Malgré un trafic toujours dynamique et la poursuite de l'amélioration du coefficient d'occupation en janvier, les investisseurs sanctionnent la stabilité de la recette unitaire après plusieurs mois de hausse. La détérioration sur le marché domestique français est notamment mise en avant par les analystes.

"Etant donné que ce dernier représente une proportion modeste de la capacité totale, cela implique soit une importante faiblesse de l'activité domestique, soit une amélioration très modeste du long courrier", affirme Liberum, toujours à "vendre" sur la valeur avec un objectif de cours de 10,50 euros. Le broker espérait que la recette unitaire, baromètre très suivi pour mesurer les revenus tirés des capacités, poursuive son amélioration mais constate désormais une "apparente détérioration de la tendance" sur laquelle devrait se focaliser le marché...

Le titre perd 4% à 11,1 euros en fin de matinée à Paris.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Air France KLM : la recette unitaire en question
  • avatar
    garbure2 -

    Air France ferait bien de se poser les bonnes questions concernant les vols intérieurs. L'utilisation du terminal G à Roissy pénalise les correspondances d'au moins une heure vu la qualité du transport inter terminaux. S'il faut perdre plus d'une heure supplémentaire sur une correspondance après un vol d'une heure, le TGV en devient d'autant plus compétitif. Autre inconvénient du terminal G, l'absence de passerelles couvertes. Il m'est arrivé de devoir attendre par deux fois plus d'un quart d'heure sous la pluie en bas de la passerelle de l'avion....De qui se moque-t-on? Par ailleurs on vient de me changer une réservation, cette fois à Orly, faisant passer le temps de correspondance au retour d'un long courrier de 2 heures à plus de 6h30 sans un mot d'excuse et sans réponse du service client à ma réclamation. 6h30 d'attente n'est pas exactement ce dont on rêve après un vol long courrier de plus de 10 heures. D'autant que c'est plus que le retour en TGV. Pas étonnant dans ce cas que la filiale Hop soit à la peine.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]