Air France KLM : le résultat d'exploitation trimestriel s'inscrit à -118 millions d'euros

Air France KLM : le résultat d'exploitation trimestriel s'inscrit à -118 millions d'euros©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 04 mai 2018 à 07h27

Air France KLM explique ce vendredi que la demande a été "soutenue" sur le premier trimestre 2018, ce qui s'est traduit par une progression de 5,2% à 22 millions du nombre de passagers transportés. Le trafic est ressorti en hausse de 5,7% avec une augmentation de 1,7 point du coefficient d'occupation.La recette unitaire progresse de 1,2% à change constant par rapport à 2017.

Néanmoins, les grèves chez Air France ont pesé sur la performance économique du groupe :
Les coûts unitaires ont augmenté de 2,1% à change, prix du carburant et charges de retraite constants, dont 1,7% imputables aux grèves.
Le résultat d'exploitation s'est élevé à -118 millions d'euros, incluant un impact lié aux grèves d'environ 75 millions d'euros, contre -33 millions d'euros au premier trimestre 20171

Le groupe a toutefois poursuivi l'amélioration de sa structure financière :
La dette nette a été réduite de 285 millions d'euros, notamment grâce à un cash flow libre d'exploitation ajusté de 142 millions. Le ratio de dette nette/EBITDA s'établit à 1,3x au 31 mars 2018, en amélioration de 0,1 point par rapport au 31 décembre 2017

PERSPECTIVES POUR 2018

La demande reste correctement orientée dans un environnement économique porteur :
Les coefficients de remplissage des réservations long-courrier continuent d'être supérieurs au niveau de l'année dernière en moyenne sur les quatre prochains mois.
La recette unitaire du second trimestre devrait être stable à change constant par rapport à 2017.

Cependant, certaines prévisions du groupe ont été ajustées pour tenir compte de l'impact des grèves Air France de 300 millions d'euros minimum sur le résultat d'exploitation, ainsi que du contexte macroéconomique :
La croissance de la capacité Passage réseaux devrait être comprise entre 2,5% et 3,5%.
L'évolution des coûts unitaires à change, prix du carburant et charges de retraite constants, est attendue entre 0% et +1% sur l'année, incluant les coûts liés aux grèves et les ajustements de capacité correspondants.
La facture carburant est prévue en hausse de 350 millions d'euros par rapport à 2017.

L'appréciation de l'Euro par rapport aux autres devises devrait entraîner un effet change défavorable de l'ordre de 100 millions d'euros par rapport à l'an dernier. En conséquence, le résultat d'exploitation 2018 est prévu en baisse sensible par rapport à 2017

Le groupe prévoit enfin de poursuivre la réduction de sa dette nette par rapport au 31 décembre 2017.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU