Air France KLM va sortir renforcé de la crise selon Ben Smith

Air France KLM va sortir renforcé de la crise selon Ben Smith©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 08h42

Ben Smith se veut optimiste. Le directeur général d'Air France KLM estime que le groupe franco-néerlandais a toutes les cartes en main pour sortir renforcer de la crise actuelle. Dans un entretien accordé aux 'Echos', il se dit "convaincu que, dès que les tests Covid rapides seront en place et acceptés par les pays ou qu'un vaccin ou un traitement sera disponible, le trafic rebondira, aussi bien pour les loisirs que pour les voyages d'affaires ". Et ce alors que les nouvelles mesures de confinement en France ont fait retomber l'activité du groupe en-dessous de 10% du niveau de l'an dernier.

A la suite des aides apportées par les gouvernements français et néerlandais, le dirigeant explique avoir suffisamment de liquidités à court terme. "Mais à moyen terme, nous devons aussi nous assurer d'avoir une structure de bilan suffisamment solide. C'est ce sur quoi nous travaillons actuellement avec nos actionnaires, mais je ne peux fournir aucun détail à ce stade", précise l'ancien patron d'Air Canada.

Outre ce soutien étatique, Ben Smith affirme qu'AF-KLM va sortir renforcé de cette crise qui lui a permis d'accélérer son plan de transformation. Au-delà de la sortie de la flotte des avions les plus gourmands en carburant et de la restructuration du réseau domestique, le dirigeant met en avant les points forts du groupe : "le plus gros marché entrant d'Europe avec la France, la meilleure plateforme de correspondance à l'aéroport de Schiphol, un outil low cost unique avec Transavia".

Concernant la compagnie à bas coûts de l'entreprise, Ben Smith estime qu'elle a tous les atouts pour rivaliser avec les principaux transporteurs low-cost européens, à savoir easyJet et Ryanair. Il cite notamment les "52% des créneaux horaires à Orly" détenus par le groupe, le programme de fidélité Flying Blue et des "coûts unitaires comparables à ceux d'easyJet".

Enfin, compte tenu de la plus grave crise que traverse le secteur aérien, le dirigeant croit en une nouvelle phase de consolidation : "beaucoup de compagnies aériennes sont encore des indépendantes, qui ne bénéficient pas du soutien des Etats ou de gros actionnaires. Les faillites risquent donc d'être nombreuses. Certaines de ces compagnies seront peut-être reprises par d'autres".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.