Airbus : en mode pause après les annonces

Airbus : en mode pause après les annonces©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 14 mai 2018 à 09h59

Airbus revient en arrière de plus de 1% à 98 euros, malgré la Deutsche Bank qui revalorise le dossier ce matin de 102 à 115 euros en gardant un avis positif sur la valeur. Le renforcement de l'euro joue contre le dossier en ce début de semaine. Le broker réagit surtout aux perspectives du groupe après les résultats trimestriels ressortis supérieurs aux attentes de la place, malgré un CA décevant.

Par ailleurs, Airbus a annoncé ce lundi le départ prochain de son directeur financier, le groupe aéronautique européen poursuivant ainsi le vaste remaniement de sa direction à un moment où il est confronté à des difficultés dans le très lucratif segment des long-courriers. Le départ d'Harald Wilhelm, âgé de 52 ans, devrait intervenir en même temps que celui de Tom Enders, l'actuel président exécutif d'Airbus, et complètera une série qui marque la fin d'une ère au sein de la direction du groupe.

Consensus en question

Sur les trois premiers mois de l'année, rappelons que le groupe a enregistré un EBIT ajusté consolidé de 14 millions d'euros contre - 19 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires consolidé de 10,1 milliards d'euros, reflétant essentiellement la faiblesse des livraisons d'avions commerciaux et d'hélicoptère.
Le consensus tablait sur un Ebit ajusté négatif de 15,7 ME pour des revenus de 9,8 MdsE. Le résultat net consolidé s'est élevé à 283 ME (contre 409 ME un an plus tôt) soit un bénéfice par action de 0,37 euro, résultant d'un impact positif induit en grande partie par la réévaluation de certains investissements de capitaux.

Enfin, le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements-clients s'est établi à -3,839 MdsE (T1 2017: -1,269 MdE), illustrant la concentration des livraisons en fin d'exercice et l'accélération des cadences de production.

Du côté des brokers, Bernstein visait déjà plus haut, soit un cours de 129 euros en restant à "surperformance". Morgan Stanley a noté que la déception provenait bien des flux de trésorerie disponibles nettement inférieurs aux attentes... Cela est probablement dû à l'accumulation de fonds de roulement "nécessaires" pour soutenir le calendrier de livraison difficile...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.