Airbus : net repli, Morgan Stanley dégrade

Airbus : net repli, Morgan Stanley dégrade©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 09 septembre 2020 à 09h19

Début de séance compliqué pour Airbus qui cède 2,4% à 69 euros sur la place parisienne. Le géant de l'aéronautique est pénalisé par une note de Morgan Stanley qui a dégradé le dossier à 'pondération en ligne' tout en ramenant son objectif de 90 à 73 euros. La banque américaine estime qu'Airbus reste un gagnant à long terme dans une industrie en croissance, mais qu'il est confronté à un catalyseur négatif en raison d'une "année de baisse" des livraisons en 2021. Une situation que ne reflète pas le consensus. Le broker voit désormais une reprise des bénéfices beaucoup plus lente et plus faible, exacerbée par le surcroît de livraisons en 2020.

Cette dégradation intervient alors que le groupe européen a annoncé hier soir avoir enregistré 1 nouvelle commande pour un ACJ320neo et aucune annulation en août. Airbus a livré un total de 39 appareils le mois dernier, soit 3 avions de moins qu'au mois d'août 2019.

Si ce mois est traditionnellement calme compte tenu des fermetures d'usines, il démontre que l'alignement entre la production et les livraisons est sur le point d'être réalisé conformément à l'objectif de la société, souligne pour sa part Oddo BHF. Ce dernier considère que cette adéquation sera totalement achevée en septembre, ce qui permettra par la suite de réduire le stock d'avions qui sont actuellement sur le tarmac (environ 150 à fin juillet). Le broker estime que ce niveau de production permettra, à partir du mois de septembre, de réduire progressivement le niveau de stock et ainsi de générer un FCF positif sur le T4 2020.

A l''achat' sur le titre avec un objectif de 92 euros, l'analyste souligne que la restructuration annoncée positionne Airbus favorablement pour la sortie de crise et l'avantage compétitif sur les monocouloirs -qui sera renforcé par l'arrivée de l'A321XLR- permet d'envisager sereinement une accélération des livraisons (potentiellement dès le premier semestre 2021 selon Guillaume Faury) avec une marge unitaire améliorée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.