Airbus : pas si vite ?

Airbus : pas si vite ?
Airbus, ligne d'assemblage final A320 en Alabama

Boursier.com, publié le jeudi 19 décembre 2019 à 13h45

Airbus redonne 0,6% à 130 euros ce jeudi, alors que le groupe vient de franchir la barre symbolique des 1.000 commandes brutes pour 2019, un seuil qui n'avait été dépassé que 6 fois dans l'histoire du groupe aéronautique européen... Le directeur commercial d'Airbus, Christian Scherer, interrogé hier par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace, s'est dit très satisfait des résultats commerciaux... "d'autant plus que cette année 2019 a été très mouvementée, avec un contexte géopolitique et concurrentiel difficile. Malgré tout, nous sommes parvenus à atteindre un "book to bill" (ratio prises de commandes / livraisons : ndlr) supérieur à 1 pour 1 sur tous nos programmes".

Le responsable d'Airbus a rappelé que l'année avait été "mouvementée" en raison de plusieurs éléments "exceptionnels", dont les problèmes rencontrés par son concurrent Boeing avec son B-737 MAX, ou encore la taxe de 10% à l'importation sur les avions européens imposée par les Etats-Unis, dont Christian Scherer a estimé qu'elle était "directement corrélée" aux problèmes de Boeing.

Sur le plan commercial, Airbus n'a cependant pas vraiment profité des problèmes rencontrés par Boeing, dans la mesure "le carnet de commandes de la famille A320 est très fourni. Si des clients du 737 MAX nous appellent, nous ne pourrons malheureusement pas faire grand chose pour eux à court terme", a encore indiqué M. Scherer.

Une année marquée par l'arrêt du programme A380

Le franchissement par Airbus de la barre des 1.000 commandes est toutefois à relativiser, car, en prenant en compte les annulations, les commandes nettes à la fin novembre ressortent à 718 unités fin novembre (778 après la commande d'Air France KLM). Le groupe a dû faire face à 222 annulations, dont 70 pour son très gros porteur A380, dont le programme a été abandonné en début d'année, faute de commandes suffisantes.
Les commandes reçues en 2019 concernent en majorité les monocouloirs A320 et A321neo, avec plus de plus de 800 exemplaires commandés, suivis d'une soixantaine d'A330neo et de plus d'une centaine d'A350.

Côté livraisons, Airbus a prévu de livrer 860 appareils commerciaux en 2019, un objectif revu en baisse en octobre par rapport aux 890 livraisons prévues initialement. La révision a été imposée par les retards de production pris sur la dernière version de l'A321, qui a été victime de son succès.
"Nous avons eu un tel succès sur cet avion que nous avons trébuché dans l'industrialisation de la montée en cadence, a admis Christian Scherer. Nous travaillons pour résorber ces retards pour mettre cela derrière nous dans les deux ans".

Parmi les derniers avis de brokers, Barclays a ramené son cours cible de 155 à 147 euros tout en restant à 'surpondérer' sur le dossier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.