Airbus : peu de réactions après les comptes

Airbus : peu de réactions après les comptes©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 27 avril 2018 à 11h35

Airbus dévoile des résultats trimestriels supérieurs aux attentes malgré des revenus en repli. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe européen enregistre un EBIT ajusté consolidé de 14 millions d'euros contre - 19 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires consolidé de 10,1 milliards d'euros, reflétant essentiellement la faiblesse des livraisons d'avions commerciaux et d'hélicoptère. Le consensus tablait sur un Ebit ajusté négatif de 15,7 ME pour des revenus de 9,8 MdsE. Le résultat net consolidé s'est élevé à 283 ME (contre 409 ME un an plus tôt) soit un bénéfice par action de 0,37 euro, résultant d'un impact positif induit en grande partie par la réévaluation de certains investissements de capitaux. Enfin, le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements-clients s'établit à -3,839 MdsE (T1 2017: -1,269 MdE), illustrant la concentration des livraisons en fin d'exercice et l'accélération des cadences de production.

Pénalisé par les problèmes de moteur de Pratt & Whitney équipant ses A320neo, Airbus confirme son objectif de livrer au environ 800 avions commerciaux sur l'année. En ce qui concerne le programme A330, la transition vers la version NEO se poursuit à bon rythme, la première livraison étant prévue cet été. Compte tenu de l'évaluation actuelle du programme, Airbus a décidé de réduire les livraisons d'A330 à 50 par an environ en 2019. Le programme A350 continue à l'inverse de s'accélérer et devrait atteindre la cible des 10 livraisons mensuelles d'ici la fin de l'année. L'accent reste placé sur la convergence des coûts récurrents. Le premier A350-1000 a été livré au cours du premier trimestre et la version A350-900 ULR (Ultra Long Range) a réalisé son vol inaugural avec succès au mois d'avril.

Airbus précise par ailleurs avoir réduit de moitié la perte opérationnelle de son pôle d'hélicoptères, à 3 ME, grâce à ses efforts de transformation de la division dans un marché encore atone, notant toutefois un bond de 73% des prises de commandes dans ce domaine au premier trimestre.

"La performance du premier trimestre reflète le manque de disponibilité des moteurs pour l'A320neo et l'accélération en fin d'année des livraisons d'avions, comme nous l'avions indiqué lors de la publication des résultats annuels. Les résultats financiers le montrent clairement", a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d'Airbus.

Sur la base de la livraison d'environ 800 appareils, Airbus prévoit en 2018, avant fusions et acquisitions, une hausse de l'EBIT ajusté d'environ 20% et une progression supplémentaire d'environ 0,1 milliard d'euros de l'EBIT ajusté sous l'effet de la norme IFRS 15. Par conséquent, l'Entreprise table sur un EBIT ajusté d'environ 5,2 MdsE, tel que calculé selon la norme IFRS 15 adoptée en 2018. Le flux de trésorerie disponible est attendu stable par rapport à 2017 (2,949 MdsE).

Peu de réactions sur le titre qui évolue autour de l'équilibre en fin de matinée. Si les revenus et l'Ebit ajusté n'ont pas réservé de mauvaises surprises, Morgan Stanley note que la déception provient des flux de trésorerie disponibles nettement inférieurs aux attentes. Cela est probablement dû à l'accumulation de fonds de roulement "nécessaires" pour soutenir le calendrier de livraison difficile, selon le broker. "Nous savions que le T1 2018 allait être horrible, et il l'est", souligne pour sa part Sandy Morris, analyste chez Jefferies, à l''achat' sur la valeur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.