Airbus rattrapé par le "Kazakhgate"

Airbus rattrapé par le "Kazakhgate"©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 novembre 2017 à 10h20

L'étau se resserre sur Airbus. Les juges français en charge du dossier des commissions occultes qui auraient été versées par le groupe pour obtenir des contrats ont découvert un versement de 8,8 millions d'euros dans le cadre de la vente de satellites au Kazakhstan. L'information est révélée ce jeudi, en collaboration, par plusieurs médias européens (France Inter, Mediapart, Der Spiegel, Le Soir, Le Vif et le Standaard). Le PDG de l'industriel Thomas Enders et trois autres hauts dirigeants (Denis Ranque, Noëlle Lenoir et John Harrison) ont été interrogés par l'office anticorruption de la PJ en octobre. L'information émane d'un audit interne réalisé par Airbus sur des versements réalisés en 2009, qui souligne l'opacité du montage et la présence d'une société écran immatriculée dans les Iles Samoa. Le groupe serait incapable de dire pourquoi la commission a été versée, ni à qui...

L'un des enjeux des enquêtes en cours est de déterminer jusqu'à quel point le haut management du groupe avait connaissance de ces agissements. Avec dans le prolongement la question majeure : Thomas Enders risque-t-il d'être contraint de démissionner ? Si tel était le cas, il s'agirait d'un séisme majeur pour le groupe européen. En octobre, le dirigeant avait laissé entendre qu'il prendrait ses responsabilités, mais jugeait qu'il n'en était pas encore à une telle extrémité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.