Airbus : repli limité après les annonces sur la production

Airbus : repli limité après les annonces sur la production©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 janvier 2021 à 10h39

Airbus n'échappe pas au mouvement de consolidation sur les marchés en cette fin de semaine. Le titre limite toutefois ses pertes à environ 0,5% alors que l'avionneur a dû se contraindre à ralentir la remontée des cadences de production de sa gamme A320 pour s'adapter à la dégradation des perspectives de reprise du transport aérien.

Airbus n'échappe pas au mouvement de consolidation sur les marchés en cette fin de semaine. Le titre limite toutefois ses pertes à environ 0,5% alors que l'avionneur a dû se contraindre à ralentir la remontée des cadences de production de sa gamme A320 pour s'adapter à la dégradation des perspectives de reprise du transport aérien.

La production des appareils de la famille A320 sera portée de 40 à 43 avions par mois au troisième trimestre avant d'atteindre 45 au cours du dernier quart de l'année. Airbus espérait jusqu'à présent atteindre une production de 47 appareils par mois en juillet. Pour les appareils de plus grande capacité, le rythme prévu restera inchangé: cinq A350 et deux A330 seront construits chaque mois et, a dit Airbus.

Pour Oddo BHF, cette annonce peut être analysée avec un angle optimiste. D'une part, les cadences des long-courriers sont réitérées alors que certains sous-traitants affichaient leurs craintes d'un ajustement de l'A350 et alors même que Boeing a dévoilé de nouvelles coupes sur son B787. D'autre part, la trajectoire haussière des cadences sur la famille A320 est maintenue et pour revenir sur un niveau pré-COVID d'ici à 2025 (au plus tard), il faut certainement poursuivre la hausse en 2022, au-delà de la cadence 45. Le consensus ne semble donc clairement pas hors d'atteinte...

A l''achat' sur le dossier avec une cible de 112 euros, le courtier souligne que la gamme de produits d'Airbus est parfaitement positionnée pour répondre à la demande des compagnies aériennes dans la phase de reprise du trafic (retrait d'appareils anciens, A321LR/XLR cannibalisant le segment long courrier) ce qui permet de regarder l'horizon 2022-23 avec sérénité, horizon sur lequel le titre reste sous-évalué avec un ratio VE/EBIT 2023 estimé de 10,9x, un PE de 13,1x et un FCF yield de 7,8%.

Jefferies ('conserver') estime que l'impact de l'ajustement sur les livraisons de 2021 devrait être modeste, tandis que Vertical Research Partners ('acheter') indique que toute augmentation de la production est "un signe encourageant" dans les circonstances actuelles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.