Airbus, services, productivité et Air Arabia au programme

Airbus, services, productivité et Air Arabia au programme©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 06 mars 2018 à 06h15

Airbus est au coeur des rumeurs cette semaine. Hier, le groupe a dû communiquer après les fuites sur les conséquences sur l'emploi de son plan de réorganisation de la production de l'A400M et de l'A380, confrontés à des cadences appelées à baisser. L'industriel a déploré une couverture médiatique sensationnaliste en amont d'un comité européen programmé le 7 mars. En revanche, l'entreprise a confirmé une seconde information obtenue par l'Agence Reuters, concernant un renforcement de la branche services, qui pourrait peser 10 milliards d'euros de revenus annuels à l'horizon 2025. Cette offensive s'explique par les marges plus élevées que dans le cycle de fabrication offertes par les prestations d'après-vente, notamment dans la réparation et la maintenance. Avec l'accélération des cadences de production, une manne nouvelle se dessine, dont l'avionneur entend bien profiter.

En parallèle, Airbus veut renforcer sa productivité en améliorant notamment la fiabilité technique des appareils produits, pour en réduire le taux de panne et donc accroître le taux d'utilisation. Le groupe européen estime pouvoir dégager quelque 450 ME de mesures d'amélioration de sa productivité dès cette année sur les modèles de dernière génération (A320neo, A350 XWB). L'objectif est d'abaisser le nombre de problèmes techniques mais aussi d'accélérer leur résolution lorsqu'ils surviennent.

Air Arabia veut 100 avions

Enfin, sur le front des commandes, la compagnie à bas coûts la plus importante du Moyen-Orient, Air Arabia, a mis en concurrence Airbus et Boeing sur un contrat pour une centaine de monocouloirs, pour renforcer sa flotte. Le patron du transporteur, Adel Ali, a indiqué qu'il s'agit là "probablement du chiffre adéquat" quand Bloomberg l'a interrogé à Delhi sur la taille de la commande envisagée. Actuellement, Air Arabia est une compagnie tout-Airbus, mais le groupe a intérêt à consulter la concurrence pour obtenir des prix plus bas. Le CSeries de Bombardier (qui va rejoindre le portefeuille d'Airbus prochainement) pourrait aussi être dans la course. Le duel le plus probable aura lieu entre le B737MAX et l'A320neo. Aux prix catalogue en version médiane, ils sont proposés respectivement à 117,1 M$ (MAX8) et 110,6 M$ (A32neo).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.