Alitalia ? Basta così pour Air France KLM !

Alitalia ? Basta così pour Air France KLM !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 15 janvier 2018 à 06h36

Air France-KLM a dû se fendre ce weekend d'un communiqué bref mais précis concernant les multiples rumeurs qui circulaient concernant ses intentions sur Alitalia. Le groupe franco-néerlandais a démenti avoir déposé une offre de rachat de son homologue italien, tout en rappelant ne pas avoir participé au processus lancé par les autorités italiennes. En conséquence, le groupe n'a eu accès à aucune information confidentielle, contrairement aux informations qui ont circulé.

Une mise au point d'autant plus nécessaire que c'est le ministre italien de l'Industrie Carlo Calenda, lui-même, qui a expliqué vendredi qu'Air France KLM et easyJet s'étaient alliés pour déposer un projet. Il a aussi indiqué que la Lufthansa et le fonds américain Cerberus avaient aussi soumis des offres, ce qui est en revanche plus crédible dans la mesure où il s'agit de candidats avérés. Les administrateurs d'Alitalia devraient rencontrer leurs représentants dès aujourd'hui pour discuter des projets. Malgré le démenti d'Air France KLM, 'Il Sole 24 Ore' a cité des sources affirmant que le groupe reste intéressé par le processus de vente de l'Italien et qu'une rencontre entre dirigeants pourrait avoir lieu dans les prochains jours.

Des relations compliquées

Les relations entre Alitalia et Air France sont tumultueuses. Le Français aurait dû racheter son homologue en 2009, mais les discussions initiées l'année précédente avaient échoué à cause des exigences démesurées de Rome au regard de la situation financière catastrophique de sa compagnie nationale. Finalement, une opération a minima avait eu lieu en 2009, avec une participation minoritaire pour Air France KLM. Mais les difficultés ont perduré et l'actionnaire a refusé de financer une énième recapitalisation, ce qui a abouti à l'adossement à Etihad en 2014, sans beaucoup plus de succès opérationnel.

Alitalia dispose de créneaux qui intéressent tous les acteurs du secteur. Mais le poids politique et social du dossier a découragé bien des prétendants. Le transporteur, dont les exercices bénéficiaires sont rares depuis sa création, doit achever sa mue pour pouvoir prétendre à la survie car l'Italie n'a plus les moyens de le maintenir à flot.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.