Alstom : rouge vif

Alstom : rouge vif©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 07 juillet 2021 à 15h01

Alstom reste sous pression en Bourse, plombé par les dernières annonces concernant Bombardier. Après avoir décroché de plus de 8% hier, le titre abandonne encore 4% à 38,5 euros, au plus bas depuis la mi-novembre. Le groupe ferroviaire a indiqué s'attendre pour l'année fiscale 2021-2022 à un flux de trésorerie libre négatif important, alors que le management se concentre sur les projets difficiles hérités de l'activité ferroviaire de la firme canadienne. Au cours du premier semestre de son exercice décalé, Alstom prévoit désormais un flux de trésorerie libre négatif à hauteur de 1,6-1,9 milliard d'euros, et qui devrait résulter en un cash-flow libre significativement négatif en 2021-2022.

Alstom reste sous pression en Bourse, plombé par les dernières annonces concernant Bombardier. Après avoir décroché de plus de 8% hier, le titre abandonne encore 4% à 38,5 euros, au plus bas depuis la mi-novembre. Le groupe ferroviaire a indiqué s'attendre pour l'année fiscale 2021-2022 à un flux de trésorerie libre négatif important, alors que le management se concentre sur les projets difficiles hérités de l'activité ferroviaire de la firme canadienne. Au cours du premier semestre de son exercice décalé, Alstom prévoit désormais un flux de trésorerie libre négatif à hauteur de 1,6-1,9 milliard d'euros, et qui devrait résulter en un cash-flow libre significativement négatif en 2021-2022.

Les analystes sont nombreux à s'ajuster à la suite de ces annonces. Le Crédit Suisse ('surperformer') a ramené sa cible de 51 à 47 euros, estimant que le débat sur les flux de trésorerie disponibles devrait se poursuivre. Les inquiétudes des investisseurs concernant le flux de trésorerie disponible à court terme continueront probablement à peser jusqu'à ce qu'Alstom puisse fournir des "preuves solides" de sa capacité à l'améliorer, selon le broker helvète. Le CS souligne toutefois que l'attrait "fondamental" pour la position renforcée d'Alstom dans un secteur ferroviaire structurellement en croissance et respectueux des critères ESG, avec une offre de train à hydrogène leader, et le redressement de Bombardier, qui est passé d'une situation déficitaire à une marge normalisée de 6%-6,5%, reste inchangé.

Pour Bank of America, ('sous-performer), la société est dans une situation "plus difficile" et plus mal évaluée qu'estimé précédemment. La 'journée investisseurs' a mis en évidence l'ampleur des défis d'exécution auxquels Alstom est confronté après l'accord avec Bombardier, et le risque pesant sur les "attentes optimistes" d'une reprise rapide pricée par le marché. BoA ramène son objectif de 36 à 33 euros.

A contre-courant, AlphaValue est passé à l''achat' sur le titre en visant 50,4 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.