Amazon obsède Trump et devrait se séparer en deux

Amazon obsède Trump et devrait se séparer en deux©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 17 septembre 2018 à 15h11

Mark May, spécialiste de Citi Research, conseille à Amazon de se scinder en deux afin d'éviter de susciter l'intérêt antitrust de l'administration Trump. Ainsi, l'analyste, cité par CNBC, estime qu'un 'split' d'Amazon créerait de la valeur pour les actionnaires, en séparant les activités de détail de celles d'AWS. Le groupe de Jeff Bezos minimiserait ainsi le risque d'une pression des régulateurs. Citi Research a par ailleurs confirmé son conseil acheteur sur Amazon à Wall Street, affirmant le statut de 'top pick' (meilleur choix) du dossier du géant du e-commerce.

Rumeurs d'intérêt des autorités antitrust

Mark May constate qu'il y a eu récemment des rumeurs plus importantes à propos du désir des autorités américaines d'enquêter sur Amazon afin d'éventuellement réguler la compagnie. Une séparation des activités 'retail' et des services d'AWS apporterait donc la solution. L'analyste relève que Donald Trump est littéralement obsédé par Amazon, et que son administration pourrait 'aller chercher' la compagnie sur le terrain antitrust. Le fait qu'Amazon ait atteint les 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière attire encore plus l'attention, d'autant que Jeff Bezos est devenu quant à lui l'homme le plus riche de tous les temps.

Un split pour contourner la menace Trump

Après la séparation éventuelle des activités, May pense qu'une valeur d'entreprise voisine de 400 milliards de dollars pourrait être attribuée au segment retail, contre 600 milliards de dollars pour Amazon Web Services et son 'cloud'. "Une plus petite capitalisation des activités d'Amazon retail pourrait attirer (un peu) moins l'attention sur sa taille sur le marché et sa domination".

L'analyste confirme un objectif de cours de 2.250$ sur Amazon, présentant un potentiel supplémentaire de 14%. Le broker est à l'achat.

Donald Trump n'en démord pas

Le Président américain a manifesté à plusieurs reprises, sur Twitter en particulier, son hostilité face au modèle d'Amazon. "J'ai exprimé mes préoccupations concernant Amazon bien avant l'élection. Contrairement à d'autres, ils payent peu ou pas d'impôts aux gouvernements d'État et locaux, utilisent notre service postal comme livreur (causant d'énormes pertes aux États-Unis) et mettent des milliers de détaillants en faillite!", avait lancé Trump plus tôt cette année sur le réseau social média.

I Amazon Election. Unlike others, & governments, Postal System Delivery Boy (causing U.S.), business! - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Trump avait également estimé que le service postal américain perdait en moyenne 1,5$ pour chaque colis livré pour le compte d'Amazon. "Cela représente des milliards de dollars", s'indignait Trump plus tôt cette année, évoquant par ailleurs l'importance de l'équipe de lobbying du détaillant online. Trump met aussi régulièrement en cause l'indépendance du 'Washington Post', propriété de Jeff Bezos... Durant sa campagne, Trump avait déjà prévenu qu'il allait s'en prendre, une fois élu, au groupe de Seattle leader de la distribution en ligne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.