Ameoba entouré après une bonne nouvelle pour son amibe

Ameoba entouré après une bonne nouvelle pour son amibe
Un champ de soja à Barreiras, Etat de Bahia, au Brésil en 2017.

Boursier.com, publié le mardi 02 juillet 2019 à 10h12

Amoeba grimpe de près de 5% ce mardi, dans un volume de transactions très étoffé. Le titre profite d'une nouvelle avancée dans la Recherche et le Développement de son amibe, qui sous forme de lysat aurait une efficacité de plus de 85% contre la rouille, un groupe de maladies particulièrement dommageables pour les cultures de soja ou de blé. Les tests ont été réalisés par une société experte indépendante, selon un protocole standard. La rouille est causée par le champignon Uromyces fabae et pourrait avoir un impact sur le rendement des grandes cultures céréalières.

"Ces nouveaux résultats nous montrent que le produit est à large spectre d'action, mais l'étendue de celui-ci reste encore à définir. Une utilisation de notre amibe lysée en grande culture pourrait élargir considérablement notre gamme de traitements. L'enjeu pour nous est maintenant de valoriser au mieux et rapidement ces avancées auprès de partenaires extérieurs", a commenté le PDG d'Amoéba, Fabrice Plasson.

Avec ces résultats positifs, qui s'ajoutent à ceux déjà obtenus sur d'autres germes comme le mildiou de la vigne et celui de la pomme de terre, Amoeba élargit le champ des possibles pour sa substance, qui plus est sur le marché fongicide le plus important, estimé par la société 2 Md$ en Europe et 1 Md$ pour le traitement de la rouille du soja au Brésil.

Portzamparc se félicite de cette annonce qui va dans le sens d'une diversification des débouchés. "Néanmoins, nous attendons plus d'informations concernant le développement et l'enregistrement de cette indication pour pouvoir l'intégrer à notre scénario", poursuit le bureau de recherche. Après prise en compte des actions nouvellement créées par conversion d'OCA (1,2 million), Portzamparc ajuste son objectif de cours de 7,5 à 6,6 euros, tout en réitérant son opinion "Acheter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.