Apple : les brokers positivent, malgré les menaces de Trump

Apple : les brokers positivent, malgré les menaces de Trump©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 27 novembre 2018 à 17h16

Apple fléchit très légèrement ce mardi, alors que le Président américain Donald Trump vient pourtant de durcir le ton, dans le cadre de l'affrontement commercial avec la Chine. Le Président américain Donald Trump vient donc de casser un peu l'ambiance en confirmant vouloir taxer 200 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois importés. Ainsi, D'après des propos tenus à l'occasion d'un entretien accordé au 'Wall Street Journal', Trump entend toujours appliquer des prélèvements douaniers majorés (passant de 10% à 25%) sur 200 Mds$ d'importations chinoises. Le Président américain a jugé "hautement improbable" qu'il accède à la demande éventuelle de Pékin de reporter la mesure.

Les iPhones désormais menacés ?

Trump a demandé par ailleurs que la Chine s'ouvre à la concurrence américaine, "seul accord possible" selon lui. En cas d'échec des discussions, le Président US envisage toujours de taxer le reste des produits chinois importés aux Etats-Unis, qui représentent environ 267 milliards de dollars de marchandises. Ces prélèvements douaniers pourraient aussi s'appliquer aux ordinateurs et aux iPhones provenant de Chine, a même assuré Trump, qui n'anticipe qu'un impact limité sur la consommation si les droits ressortent à 10%. "Cela dépendra du taux", a glissé le Président américain, à propos des taxes éventuelles sur les smartphones et ordinateurs importés.

Les brokers relativisent

Les avis d'analystes sont néanmoins positifs sur le dossier Apple ce jour, suite à ces derniers développements, et à la récente et brutale correction du cours de bourse. Le spécialiste de Bernstein estime que 25% des revenus du groupe à la pomme (environ 50 Mds$) pourraient être menacés par les nouveaux prélèvements envisagés de 10% ou 25%. UBS juge pour sa part qu'il pourrait juste s'agir d'une tactique de négociation commerciale de Trump avant le G20, mais évalue tout de même l'impact potentiel d'une telle mesure à 1,5 milliard de dollars sur les profits. Dans le cas d'un taux maximal de 25% (très improbable), l'impact atteindrait 3,8 Mds$, soit 83 cents par titre.

Baird maintient son conseil à 'surperformance' sur Apple (objectif 230$). Pour le courtier, une hausse du prix des iPhones du fait de potentiels tarifs douaniers constituerait évidemment un élément négatif impactant la demande et la rentabilité. Tout en admettant le risque à court terme, le broker reste positif à long terme et achèterait des titres Apple 'sur faiblesse'. Il ne modifie pas pour l'heure ses estimations, compte tenu des incertitudes multiples.

UBS constate également les incertitudes sur le taux de prélèvement éventuel. Le broker pense qu'Apple pourrait compenser l'impact des tarifs douaniers, mais que cela prendrait du temps. "Il est difficile d'analyser l'impact des tarifs sur la demande, si Apple choisit de faire passer aux consommateurs les augmentations", reconnaît le courtier. En conclusion, UBS demeure tout de même acheteur avec un objectif de cours de 225$.

Wedbush, à 'surperformance' avec un objectif ambitieux de 310$, pense que tout cela relève en fait de la négociation commerciale au sens large, alors que les discussions deviennent plus sérieuses. "La réalité est qu'Apple et Cook sont fermement implantés en Chine", constate le courtier, qui pense que cette dynamique ne devrait pas évoluer dans un futur prévisible.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.