ArcelorMittal : le titre flambe après les résultats

ArcelorMittal : le titre flambe après les résultats©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 06 février 2020 à 10h08

ArcelorMittal fait état de résultats en net repli au quatrième trimestre 2019 ainsi que d'une lourde perte annuelle. Sur les trois mois clos fin décembre, le numéro un mondial de l'acier a enregistré un Ebitda de 925 millions de dollars contre 1,951 Md$ un an plus tôt pour des revenus de 15,5 Mds$ contre 18,3 Mds$ sur l'exercice précédent. La perte nette ressort à 1,9 Md$ contre 1,2 Md$ au quatrième trimestre 2018. Mais les comptes sont supérieurs aux attentes des analystes.

Sur l'ensemble de l'année 2019, la firme essuie un déficit massif de 2,45 Mds$ contre un bénéfice de 5,15 Mds$ en 2018 pour un chiffre d'affaires de 70,62 Mds$, en baisse de 7,1%. L'Ebitda est quasiment divisé par deux, à 5,2 Mds$.

ArcelorMittal est malgré tout parvenu à dégager 2,4 Mds$ de free cash-flow sur l'exercice alors que sa production d'acier brut a atteint 89,8 millions de tonnes contre 92,5 millions de tonnes un an auparavant.

Optimisme pour 2020

"Certains signes indiquent que le ralentissement de la demande réelle commence à se stabiliser et, grâce à un environnement stocks favorable, nous prévoyons une augmentation de la consommation apparente d'acier sur nos principaux marchés en 2020. Les besoins de trésorerie de l'entreprise devraient s'élever à environ 4,5 Mds$ (contre 5 Mds$ en 2019, principalement en raison de la baisse des investissements prévus)", indique l'entreprise en guise de perspectives.

Compte tenu de l'amélioration de la solidité du bilan et du désendettement en cours, le Conseil proposera le versement d'un dividende de base pour 2020 de 0,30$ par action (contre 0,20$ en 2019).

Le titre s'envole

Le marché salue ces annonces avec un titre qui flambe de plus de 10% à 15,9 euros à Amsterdam, soit la plus forte progression depuis le mois d'avril 2016. De quoi permettre à la valeur de repasser en territoire positif depuis le début de l'année. Outre l'optimisme du management pour 2020, les opérateurs apprécient également la réduction de la dette nette à 8,4 milliards d'euros, le niveau le plus faible depuis la fusion entre Arcelor et Mittal en 2006.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.