Asie : au rebond !

Asie : au rebond !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 30 juin 2020 à 07h39

Après un début de semaine en net repli hier, la tendance est plus favorable ce mardi matin dans la zone Asie-Pacifique, à l'image de la Bourse de Tokyo qui rebondit de 1,6%. Sydney reprend 1,9%, Seoul +1,4% et Taiwan +0,7%. Shanghai remonte de 0,8% avec Bombay et Hong Kong (+5%). Hier soir, la Bourse de New York s'était reprise elle aussi, malgré un nouveau record de cas de Covid-19 aux Etats-Unis, notamment en Floride et au Texas... Les investisseurs ont salué la publication d'indicateurs économiques US meilleurs qu'attendu et l'action Boeing a rebondi de plus de 14% après le feu vert des autorités aériennes à des vols tests du B-737 Max à partir de ce lundi.
A la clôture, le Dow Jones a repris 2,32% à 25.595 points, tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 1,47% à 3.053 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a progressé de 1,20% à 9.874 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient corrigé respectivement de 3,3% 2,9% et 1,9%.
A noter que cette semaine boursière sera écourtée : les marchés resteront fermés en effet vendredi pour le week-end de la Fête de l'Indépendance américaine, le 4 juillet.

En Asie ce matin, les investisseurs refusent d'envisager le pire, alors qu'une nouvelle grippe porcine apparue en Chine semble être devenue plus contagieuse pour l'homme et doit être surveillée de près selon les chercheurs dans l'hypothèse où elle deviendrait un éventuel virus à risque pandémique, selon une étude réalisée par des scientifiques chinois publiée dans une revue scientifique américaine. L'analyse de virus grippaux contractés par des cochons entre 2011 et 2018 a en effet permis de détecter une souche du virus H1N1 qui présente "toutes les caractéristiques essentielles d'un possible virus pandémique", écrivent les chercheurs dans l'étude publiée par Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Des agriculteurs ont aussi présenté des niveaux élevés du virus dans leur sang, ajoutent les auteurs de l'étude, estimant qu'une surveillance étroite de la population, et principalement des personnes travaillant dans l'industrie porcine, doit être mise en place de manière urgente.
L'étude souligne ainsi les risques élevés d'une transmission de la grippe porcine à l'homme, principalement dans les régions de Chine densément peuplées où des millions de personnes vivent à proximité de fermes et d'abattoirs.

Record de cas de Covid-19 aux Etats-Unis

En attendant, l'épidémie de coronavirus continue de s'étendre rapidement dans les Etats du Sud et de l'Ouest des Etats-Unis, notamment le Texas, la Floride, l'Arizona et la Californie. Plusieurs Etats ont dû ralentir ou interrompre le processus de redémarrage de leurs activités pour tenter de ralentir la progression de la maladie. C'est notamment le cas du Texas, qui a gelé son processus de réouverture et refermé tous les bars...
La Californie a ordonné dimanche la fermeture des bars dans sept comtés, dont celui de Los Angeles. En Floride, les bars ont été priés de ne plus servir d'alcool, tandis que dans le comté de Miami-Dade, les autorités locales ont décrété la fermeture des plages de vendredi à mardi prochain, pour le week-end de la Fête de l'indépendance, qui donne lieu à de nombreuses activités festives.
Au niveau national, le nombre nouveaux cas de Covid-19 a franchi des records quotidiens depuis jeudi, et a dépassé depuis samedi la barre des 40.000 nouveaux cas par jour, selon le décompte de l'université américaine Johns Hopkins, qui fait référence.

Le coronavirus a désormais fait plus de 125.900 décès aux Etats-Unis pour 2,56 millions de cas, le seuil des 2,5 millions ayant été franchi pendant le week-end. Au niveau mondial, l'OMS a fait état d'un nombre record de nouveaux cas : au total plus de 10 millions de personnes ont été infectées par le Covid-19 et plus de 500.000 sont décédées.

Les promesses de vente de logements se sont envolées en mai aux Etats-Unis

Malgré ces inquiétudes liées au Covid-19, les investisseurs ont apprécié l'annonce lundi d'une forte hausse des promesses de vente de logements aux Etats-Unis en mai. Elles se sont envolées de 44,3% en comparaison du mois antérieur, selon la National Association of Realtors (NAR) américaine, alors que le consensus n'était que de +11,3%. En avril, ces mêmes promesses s'étaient écroulées de 21,8% sous l'impact de la crise sanitaire.
Par ailleurs, l'indice manufacturier de la Fed de Dallas est ressorti moins mauvais que prévu en juin, à -6,1 contre un consensus de -26. L'indicateur était de -49,2 un mois plus tôt, en sachant qu'un chiffre négatif signifie que l'activité se contracte.

Le pétrole rebondit !

Le pétrole a rebondi après un recul de l'ordre de 3% la semaine dernière. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison août a regagné 3% à 39,50$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a progressé de 1,5% à 41,55$. La semaine dernière, le WTI avait redonné 3,4% et le Brent de 2,8%, sur fond de craintes sur la croissance et de doutes sur la capacité des pays producteurs à rééquilibrer le marché mondial malgré leurs coupes de production.
L'or consolide à l'approche du seuil psychologique des 1.800$ l'once. Le contrat à terme d'août pointe à 1.777$ l'once sur le Comex. Le cours du métal jaune avait grimpé de 1,6% la semaine dernière, portant sa hausse à plus de 16% depuis le début de l'année.
Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a grappillé 0,06% à 97,50 points, tandis que l'euro consolide à 1,1230$. Du côté des taux, le rendement du T-Bond à 10 ans a baissé de 2 points de base pour revenir à 0,62%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.