Asie début de semaine en hausse !

Asie début de semaine en hausse !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 03 août 2020 à 07h53

Les marchés de la zone Asie-Pacifique grimpent ce lundi matin, derrière la Bourse de Tokyo qui progresse de 2,2%, tandis que Shanghai monte de 1,3%. Seoul et Hong Kong prennent 0,2%, Sydney est stable. Vendredi soir, Wall Street s'était finalement affiché en hausse à l'issue d'une séance irrégulière, le Nasdaq donnant le ton grâce aux progressions de Facebook, d'Amazon et d'Apple dans le sillage de leurs annonces de résultats. Seul Google n'a pas suivi la tendance, en baisse de 3,3%... Le S&P500 a gagné 0,77% à 3.271 pts, alors que le DJIA a pris 0,44% à 26.428 pts. Le Nasdaq Composite a grimpé de 1,49% à 10.745 pts. Le baril de brut WTI a terminé sur la barre des 40$. Côté devises, l'euro a légèrement reculé à 1,1780/$ entre banques...
D'après le rapport gouvernemental américain pour le mois de juin, les revenus personnels des ménages ont reculé de 1,1% en comparaison du mois antérieur, contre -1% de consensus et -4,4% pour la lecture révisée du mois antérieur... Les dépenses de consommation se sont en revanche appréciées de 5,6% par rapport au mois précédent, en ligne avec les attentes, après une progression de 8,5% pour le mois de mai. L'indice des prix 'core PCE' a comme prévu augmenté de 0,2% par rapport au mois de mai.

Du mieux en Chine qui se confirme

En Asie ce matin, L'activité manufacturière en Chine à progressé en juillet au rythme le plus rapide depuis près de 10 ans, la demande intérieure continuant de s'améliorer après la crise du coronavirus, ont montré des données publiées ce lundi... L'indice compilé auprès des directeurs d'achat (PMI) par Caixin/Markit s'est affiché à 52,8 le mois dernier contre 51,2 en juin. Il dépasse ainsi pour le troisième mois d'affilée le seuil de 50 qui sépare la contraction de la croissance et enregistre sa progression la plus rapide depuis janvier 2011.
L'indice de juillet a dépasse également les attentes des analystes, qui attendaient une croissance de 51,3.
Ajoutées aux enquêtes PMI officielles publiées vendredi, ces données confirment que la deuxième économie du monde se remet plus vite que prévu du choc du coronavirus, même si les commandes à l'export et l'emploi restent à la traîne...

En Europe, les opérateurs ont pris connaissance d'une chute record du PIB français pour le deuxième trimestre vendredi dernier : Le PIB, corrigé des variations saisonnières, a plongé pour sa part de 12,1% dans la zone euro au deuxième trimestre, période toujours marquée par les mesures de confinement liées au Covid-19 dans la plupart des États membres. Il s'agit de loin du recul le plus important depuis le début de la création de la série statistique en 1995, note Eurostat. Cette évolution, provisoire, est toutefois conforme aux attentes du marché. Au cours du premier trimestre, le PIB avait diminué de 3,6% dans la zone euro...

Situation sanitaire toujours inquiétante aux Etats-Unis

Le président américain, Donald Trump, a tenu par ailleurs une conférence de presse en tentant de rassurer ses concitoyens au sujet de la situation sanitaire : "Nous en savons maintenant beaucoup plus sur le coronavirus et comment le traiter qu'au début", selon la Maison blanche... "La voie scientifique à suivre est de protéger les personnes les plus exposées tout en permettant à celles qui sont les moins exposées de retourner prudemment au travail et à l'école avec les précautions appropriées", a ajouté Trump. "Nous demandons au Congrès de travailler avec nous pour trouver des solutions sur les expulsions, les paiements de secours et les ouvertures d'écoles sûres", a déclaré par ailleurs le leader américain... "Lorsque le vaccin sera prêt, la logistique sera prête à le livrer très rapidement", a aussi estimé le locataire de la Maison blanche. "L'Amérique est en deuil pour les 150.000 Américains qui ont été emportés par cet horrible Ennemi Invisible. Nous pleurons leur perte en tant que nation". "Mon administration s'est concentrée sur la recherche de traitements contre le coronavirus", a souligné Trump, dont la gestion de la crise sanitaire demeure très critiquée...

.....Our massive testing capability, rather than being praised, is used by the Lamestream Media and their partner, the Do Nothing Radical Left Democrats, as a point of scorn. This testing, and what we have so quickly done, is used as a Fake News weapon. Sad!
- Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Les valeurs

Parmi les valeurs en vue, rappelons que le groupe Apple s'est envolé de 10,5% à 425$ vendredi à Wall Street, alors que le groupe de Cupertino a dépassé les attentes pour le trimestre clos... Le groupe technologique a par ailleurs effectué une annonce surprise, faisant état d'un 'split' par quatre de son action qui interviendra à l'ouverture des cotations le 31 août prochain... Il s'agit du premier 'split' de la pomme depuis 2014. Le groupe a précisé que l'opération permettra de rendre le titre accessible à une plus large base d'investisseurs.
Pour le troisième trimestre fiscal, le Californien a réalisé des revenus de 59,7 milliards de dollars et un bénéfice par action de 2,58$, contre un consensus de 52,2 milliards de dollars de recettes et 2,04$ de bpa. Ainsi, les revenus se sont appréciés de 11% en glissement annuel, alors que le bpa dilué a grimpé de 18%. Les ventes internationales ont représenté 60% du total sur le trimestre. Les revenus de services, comprenant iCloud ou Apple Music, ont progressé de 15% à 13,2 Mds$. Les ventes de 'wearables' (Apple Watch) se sont envolées encore de 17% à 6,45 Mds$. Les revenus provenant des iPad et des Mac ont totalisé respectivement 6,6 Mds$ et 7,1 Mds$, dépassant les attentes.
Tim Cook a expliqué qu'après les perturbations du mois d'avril, les ventes se sont reprises en mai et juin, avec notamment un 'fort' lancement de l'iPhone SE à 399$ en avril. Les revenus provenant des iPhone ont d'ailleurs battu largement le consensus (de 4 Mds$ environ). Cook a souligné ainsi ce trimestre 'record', tiré par les produits et les services, et une expansion sur chacun des segments géographiques. Apple n'a pas fourni en revanche d'estimations pour le quatrième trimestre fiscal 2020, période entamée, dans un contexte il est vrai toujours aussi incertain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.