Asie : en hausse sauf à Tokyo

Asie : en hausse sauf à Tokyo©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 octobre 2020 à 07h33

Les places financières de la zone Asie-Pacifique débutent la semaine en hausse, sauf la Bourse de Tokyo qui recule de 0,3% sur le Nikkei. Shanghai remonte de 2,6%, suivi de Hong Kong (+2,2%) et de Bombay (+0,6%). Seoul s'adjuge 0,3% et Taiwan +0,2%. Rappelons que la Bourse de New York a signé vendredi une 3e séance positive d'affilée, les marchés continuant de tabler sur l'adoption d'un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine, malgré des négociations complexes et pleines de rebondissements politiques à trois semaines de l'élection américaine. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,57% à 28.586 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,88% à 3.477 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a bondi de 1,39% à 11.579 pts. Sur la semaine écoulée, les trois indices ont nettement progressé, respectivement de 3,2%, de 3,8% et de 4,5% pour le Nasdaq, leur meilleure performance hebdomadaire depuis août dernier...
Les marchés restent essentiellement suspendus aux rebondissements de la campagne électorale, Donald Trump ayant annoncé hier être guéri du Covid, de quoi repartir en campagne dès cette semaine, même si bonne partie de sa garde rapprochée reste en quarantaine. A noter que les marchés US tourneront au ralenti pour cause de "Columbus Day" aux Etats-Unis.

Joe Biden creuse l'écart dans les sondages

La semaine écoulée a été riche en rebondissements, à commencer par le retour de Donald Trump à la Maison Blanche après trois jours passés dans un hôpital militaire pour être traité contre le coronavirus. Le président républicain est apparu plus combatif que jamais à son retour, mais il a perdu du terrain dans les sondages face à son adversaire démocrate Joe Biden.
Les marchés financiers, qui craignent par dessus tout une élection trop serrée débouchant sur des contestations judiciaires, un report du calendrier et une instabilité politique, ont été soulagés de voir que les échéances devraient finalement être tenues.

Mardi dernier, Trump avait provoqué un coup de théâtre, en mettant fin aux discussions sur un plan de relance de 2.200 milliards de dollars soutenu par les Démocrates, et en annonçant le report d'un tel plan au-delà des élections... Quelques heures plus tard, le président a toutefois fait volte-face et a relancé les discussions, mais cette fois sur la base de propositions ciblées faites par son administration.

Négociations dans l'impasse ?

Vendredi, la chaîne télévisée 'CNBC' a affirmé que la Maison Blanche serait prête à accepter un plan de 1.800 milliards de dollars, un montant supérieur aux précédentes propositions, qui oscillaient entre 1.200 et 1.600 Mds$... Reste à savoir si un compromis sera possible avant les élections entre les Démocrates (qui dominent la Chambre des représentants) et le Sénat (contrôlé par les Républicains). Le président du Sénat, Mitch McConnell a ainsi jugé improbable les chances d'un accord avant le 3 novembre... ce qui a semblé se confirmer ce week-end, les négociations se retrouvant de nouveau dans l'impasse !
Jeudi, Donald Trump s'était dit prêt à soutenir une série de textes de loi ciblés, notamment sur les PME (135 milliards de dollars pour la prise en charge du chômage technique) et les compagnies aériennes (25 Mds$ d'aides). Il s'était aussi dit favorable à l'attribution de nouveaux chèques d'aide directe aux Américains, d'un montant pouvant atteindre 1.200$ par personne.

L'or en beauté

Le pétrole a corrigé vendredi, le contrat de novembre sur le baril de brut léger américain (WTI) cédant 1,5% à 40$ sur le Nymex, tandis que le contrat sur le Brent recul ce matin à 42,45$. Les compagnies pétrolières américaines ont commencé hier dimanche à reprendre leur production dans le Golfe du Mexique, deux jours après le passage de l'ouragan Delta. Chevron Corp, Royal Dutch Shell Plc et BHPGroup ont chacun confirmé que leurs salariés étaient en train de rejoindre les sites concernés. Selon les autorités, 91% des capacités de production de pétrole brut offshore sont toutefois encore à l'arrêt dans la région et plus de 62% des capacités de production de gaz. Total a pour sa part annoncé le redémarrage dimanche de sa raffinerie de Port Arthur, au Texas...

L'or grimpe à 1.926$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le métal jaune a gagné 1% sur la semaine écoulée, ce qui porte son avance à 26% depuis le début de l'année, grâce aux incertitudes économiques et à la crise sanitaire.
Sur le marché des changes, l'euro campe à 1,1820$.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.