Asie : entre deux eaux

Asie : entre deux eaux
Après une période d'hésitation, les bourses asiatiques repartent à la hausse, à l'exception de l'indice Nikkei.

Boursier.com, publié le mardi 07 juillet 2020 à 07h27

Après un début de semaine tonitruant hier, les places de la zone Asie-Pacifique temporisent ce mardi matin, malgré Wall Street qui a nettement progressé hier soir après de solides indices des services publiés outre-Atlantique, allant dans le sens des espoirs de rebond appuyé de l'activité. La Bourse de Tokyo recule de 0,5%, Seoul cède 0,6%, Hong Kong redonne 0,2% avec Taiwan. Bombay est stable, Shanghai, en revanche, monte encore de 1,7% et Sydney s'adjuge 0,7%.
A Wall Street, le DJIA a progressé de 1,78% hier soir à 26.287 pts et le Nasdaq a bondi de 2,21% à 10.434 pts battant un nouveau record, contre une hausse de 1,59% sur le S&P500 à 3.180 pts... Les opérateurs naviguent donc toujours entre deux eaux, avec d'un côté les risques persistants relatifs à la progression de la pandémie du coronavirus qui reste inquiétante, et l'espoir d'un prochain vaccin qui aiderait une reprise de l'activité en "V".

A ce sujet, l'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de juin 2020 est ressorti à 47,9, contre 47 de consensus de place et 46,7 pour sa lecture initiale. L'indice PMI composite final s'est également élevé à 47,9, contre 46,8 de consensus. L'indice ISM des services (non-manufacturier) du mois de juin 2020 est pour sa part ressorti à haut niveau, à 57,1, ce qui signale une franche expansion. Le consensus était quant à lui à l'équilibre à 50, après une lecture de 45,4 pour le mois de mai 2020.
Le rapport mensuel sur l'emploi US avait déjà apporté de bonnes surprises à la veille du week-end, avec 4,8 millions de créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis en juin, bien plus que le consensus de 3 millions. L'économie américaine avait déjà recréé 2,699 millions de postes en avril, un chiffre révisé à la hausse... Cela a permis au taux de chômage de régresser à 11,1% en juin (contre 12,4% de consensus), après 13,3% en mai et un pic de 14,7% en avril. En revanche, le salaire horaire moyen a baissé de 1,3% en juin, en comparaison avec mois précédent.

Concernant l'Europe, le gouverneur de la Banque de France a indiqué que l'économie française semblait rebondir au moins aussi vite et peut-être plus que prévu... En Allemagne, les commandes à l'industrie ont grimpé de 10,4% au mois de mai 2020, après une chute de 26,2% en avril. Les ventes européennes de détail du mois de mai 2020 se sont inscrites en forte progression de 17,8% en comparaison du mois antérieur, contre 15% de consensus...

Au Japon, en revanche, les dépenses des ménages japonais ont reculé en mai à leur rythme le plus important depuis près de 20 ans, alors que les consommateurs ont suivi les appels au confinement formulés par les autorités dans le but de lutter contre la crise sanitaire. Les données officielles publiées ce mardi soulignent les pressions auxquelles fait face l'économie nippone, tombée en récession et qui devrait connaître un passage à vide prolongé... Elles accentuent la pression sur les décideurs à Tokyo pour qu'ils déploient des mesures supplémentaires de soutien à l'économie afin de rétablir la confiance des entreprises et des consommateurs.
D'après les statistiques gouvernementales, les dépenses des ménages ont reculé en mai de 16,2% en rythme annuel, soit leur plus forte chute depuis que ces données sont disponibles, en 2001. Il s'agit d'un recul supérieur à celui anticipé par les analystes (-12,2%) après une baisse de 11,1% en avril...

Trump attend un vaccin avant la fin de l'année

Les dernières nouvelles sur le front de l'épidémie de coronavirus ne sont pas vraiment encourageantes, en particulier aux Etats-Unis où 15 Etats ont enregistré une hausse record du nombre de nouveaux cas au cours des quatre premiers jours de juillet selon un comptage de Reuters.
Au niveau mondial, 11,477 millions de cas ont été confirmés depuis le début de l'épidémie, selon l'Université Johns Hopkins. Le virus a fait 534.938 morts dans le monde. Aux Etats-Unis, pays le plus frappé, 2,889 millions de cas confirmés sont dénombrés, pour 129.948 décès. Le Brésil compte 1,603 million de cas confirmés depuis l'émergence du virus et 64.867 morts.
A ce propos, sur Twitter, Donald Trump a encore donné dans la provocation hier : "Nouveaux cas du virus chinois en hausse (en raison de tests massifs), les décès sont en baisse, 'bas et stables'. Les Fake News Media devraient signaler cela, ainsi que les nouveaux chiffres du marché du travail qui établissent des records!" Trump ajoute que "la Chine a causé de gros dégâts aux États-Unis et au reste du monde!"
Lors de la fête nationale américaine, Donald Trump avait tenté de rassurer, en proclamant haut et fort qu'un vaccin ou un traitement contre le Covid-19 serait "probablement disponible bien avant la fin de l'année" (...) "Nous avons réalisé énormément de progrès... Notre stratégie fonctionne bien", a-t-il déclaré à l'occasion d'un discours célébrant la fête nationale US. Sur les devises, l'euro termine à 1,1310/$.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.