Asie : fin de semaine dans le rouge

Asie : fin de semaine dans le rouge©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 24 juillet 2020 à 07h22

La tendance est à la baisse sur la places financières de la zone Asie-Pacifique ce vendredi, alors que la tension entre Pékin et Washington continue d'empoisonner le climat boursier en cette fin de semaine... Shanghai recule de plus de 3%, Hong Kong cède 2,2%, Sydney corrige de 1,2%, Seoul recule de 0,7%, Bombay glisse de 0,5% et Taiwan perd 0,4%. La Bourse de Tokyo est fermée depuis hier en raison d'un long week-end férié au Japon. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo qui avait déjà lancé une violente charge contre Pékin cette semaine en appelant à former une "coalition anti-chinoise" à l'occasion d'un voyage officiel en Grande-Bretragne, a maintenu la pression en déclarant que les Etats-Unis et leurs alliés devaient faire preuve de "moyens plus créatifs et affirmés" pour contraindre le Parti communiste chinois à changer sa façon de procéder, disant y voir "la mission de notre temps"...
S'exprimant depuis le lieu de naissance de Richard Nixon en Californie, Mike Pompeo a déclaré que les inquiétudes de l'ancien président américain sur les conséquences des relations diplomatiques qu'il a initiées entre le PCC et la communauté internationale dans les années 1970 s'étaient avérées "fondées" : "Le président Nixon a dit une fois qu'il craignait d'avoir créé un 'Frankenstein' en ouvrant les portes du monde au PCC. Et nous y sommes !", a déclaré le chef de la diplomatie américaine.

Bras de fer chinois

Un nouvel épisode qui intervient après l'annonce de Washington sommant la Chine de fermer son consulat à Houston, une décision prise selon le département d'Etat pour protéger "la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains"... Mike Pompeo a répété les accusations américaines sur les pratiques commerciales "inéquitables" de Pékin, ses violations des droits de l'homme et ses efforts pour infiltrer la société américaine. Selon lui, l'armée chinoise est devenue "plus forte et plus menaçante" (...) "En vérité notre politique - et celle des autres nations libres - a ressuscité l'économie chinoise, seulement pour voir Pékin mordre la main internationale qui le nourrissait. Nous devons inciter la Chine à changer avec des moyens plus créatifs et affirmés, parce que les agissements de Pékin menacent notre peuple et notre prospérité", a ajouté Pompeo. "Si le monde libre ne change pas, la Chine communiste nous changera à coup sûr".

"Préserver nos libertés du Parti communiste chinois est la mission de notre temps" et les Etats-Unis sont parfaitement placés pour la mener, a-t-il conclu. Hier soir, l'ensemble de la cote américaine a reculé en clôture, à la suite de statistiques US mitigées et dans une actualité sanitaire toujours adverse.

Les valeurs technologiques consolident

Le DJIA a perdu 1,3% à 26.652 pts, alors que le S&P500 a abandonné 1,23% à 3.235 pts. Le Nasdaq Composite a décroché de 2,3% à 10.461 pts. Parmi les valeurs, Tesla a corrigé de 5% malgré le fait que le groupe s'estime en mesure de dépasser les 500.000 livraisons cette année. Pour le trimestre clos, le groupe d'Elon Musk, désormais aux portes du S&P500, a affiché des revenus de 6,04 milliards de dollars et un bénéfice GAAP par titre de 50 cents, contre un consensus FactSet de 5,15 Mds$ de revenus et 82 cents de perte GAAP par titre. Le groupe a livré 90.650 véhicules sur la période. Le free cash flow trimestriel s'est établi à 418 millions de dollars, contre -895 M$ sur le trimestre antérieur.
Microsoft a aussi reculé de 4,3% au lendemain de sa publication trimestrielle, la croissance des activités cloud d'Azure ayant déçu le marché. L'expansion d'Azure n'a été "que" de 47% sur le trimestre clos fin juin, contre un consensus de place de 49% et un bond de 59% sur le trimestre antérieur. Satya Nadella, le directeur général du groupe, a souligné que Microsoft poursuivra ses investissements... "Le monde s'en sortira, et nous en sortirons plus forts si nous investissons durant cette phase", ajoute le dirigeant, qui ne compte pas chercher à atteindre "des chiffres artificiels de croissance à 2 chiffres" ou penser à un objectif de marge...

Intel corrige

De son côté, Intel a annoncé après la clôture que le développement de son processeur de 7 nanomètres avait pris 6 mois de retard, faisant chuter de plus de 8% le cours du titre dans les transactions d'après-Bourse. Le groupe a estimé son chiffre d'affaires à environ 18,2 milliards de dollars pour le troisième trimestre sur un bénéfice par action (bpa) ajusté à 1,10 dollar, alors que les analystes anticipaient 17,9 milliards de chiffre d'affaires et un bpa de l'ordre de 1,14 dollar. Intel a toutefois revu sa prévision annuelle de chiffre d'affaires à 75 milliards de dollars, un niveau supérieur à l'estimation de 73,86 milliards qu'attendaient en moyenne les analystes.

La consolidation des marchés vaut aussi pour le baril de brut WTI qui est revenu à 41,15$ sur le Nymex et le Brent à 43,40$. L'euro fait en revanche toujours preuve de fermeté à 1,16/$ entre banques.
D'un point de vue sanitaire, selon les mesures de Reuters, c'est la première fois depuis début juin que le seuil des 1.000 décès a été franchi deux jours d'affilée aux Etats-Unis. Il s'agit toutefois d'un nombre inférieur au pic enregistré en avril, avec à l'époque une moyenne de 2.000 décès par jour...
Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre des cas confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à 15,258 millions, dont 3,97 millions aux USA, 2,23 millions au Brésil et 1,24 million en Inde. La Russie dénombre 793.720 cas depuis l'émergence du virus. La pandémie a fait 624.213 morts à travers le monde, dont 143.204 aux États-Unis, 82.771 au Brésil et 45.586 au Royaume-Uni.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.