Asie : fin de semaine en hausse

Asie : fin de semaine en hausse©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 03 juillet 2020 à 07h27

Les places de la zone Asie-Pacifique terminent la semaine en hausse dans le sillage de la Bourse de New York qui a elle-même profité de chiffres de l'emploi meilleurs que prévu aux Etats-Unis à la veille d'un long week-end de 3 jours qui sera marqué par la célébration de "l'Independence Day" aux Etats-Unis. La bourse de Hong Kong remonte encore de 1,8% ce vendredi, suivi de Shanghai en hausse de 1%, tandis que Taiwan gagne 0,8%, Bombay +0,5%, Seoul +0,4%. La Bourse de Tokyo progresse plus modestement de 0,2%, Bombay est stable...
Ce matin, on a appris que l'activité du secteur des services en Chine avait progressé en juin à son rythme le plus élevé depuis plus de 10 ans, alors que l'allègement des mesures de confinement a relancé la demande des consommateurs, selon la dernière enquête de Caixin/Markit. L'indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a grimpé le mois dernier à 58,4, un plus haut depuis avril 2010, contre 55 en mai. Il s'établit ainsi pour le deuxième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité, loin de la chute de février dans le sillage des mesures de confinement contre le coronavirus qui ont paralysé le pays.
Toujours d'après l'enquête, le sous-indice des nouvelles commandes reçues en juin par les entreprises du secteur des services a progressé à 57,3, contre 55,8 en mai, un plus haut depuis août 2010. Les nouvelles commandes à l'export ont grimpé pour la première fois depuis janvier, profitant d'un rétablissement de la demande étrangère dont ne profite toujours pas le secteur manufacturier, de nombreux partenaires commerciaux de la Chine ayant conservé d'importantes restrictions face à la crise sanitaire. En revanche, l'emploi est resté en terrain négatif pour un cinquième mois consécutif...

Les marchés ont aussi salué la publication d'un rapport de l'emploi très encourageant aux Etats-Unis en juin, avec 4,8 millions de créations de postes. Toutefois, les inquiétudes sur la situation sanitaire ont réduit les gains des indices en fin de séance, les cas de coronavirus ayant dépassé les 50.000 par jour pour la 1ère fois aux Etats-Unis.
A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,36% à 25.827 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,45% à 3.130 pts et que le Nasdaq Composite, a grimpé de 0,52% à 10.207 pts, signant un deuxième record historique d'affilée. Les trois indices avaient progressé en séance d'environ 1%, mais ils ont réduit leurs gains dans la dernière heure de cotation. Sur cette semaine de 4 jours, les indices américains ont sensiblement progressé, de 3,2% pour le Dow Jones, de 4% pour le S&P 500, et de 4,6% pour le Nasdaq, dans l'espoir d'une reprise économique en "V".

Les créations d'emploi dépassent les attentes, Trump se réjouit

Le rapport mensuel sur l'emploi (publié avec un jour d'avance, vendredi étant férié) a donc apporté de bonnes surprises, avec 4,8 millions de créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis en juin, bien plus que le consensus qui était situé à 3 millions. L'économie américaine avait déjà recréé 2,699 millions de postes en avril, un chiffre qui a même été révisé à la hausse hier jeudi... Cela a permis au taux de chômage de régresser à 11,1% en juin (contre 12,4% de consensus), après 13,3% en mai et un pic de 14,7% en avril. En revanche, le salaire horaire moyen a baissé de 1,3% en juin, en comparaison avec mois précédent.
Donald Trump s'est félicité de ces chiffres dès leur publication : Lors d'une brève conférence de presse la Maison-Blanche, le président américain les a qualifiés de "spectaculaires", et a promis "un superbe troisième trimestre", à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre. "La bonne chose c'est que ces chiffres vont sortir juste avant l'élection, donc les gens pourront les voir", s'est-il encore réjoui...

"Les annonces d'aujourd'hui prouvent que notre économie est en train de se remettre à vrombir, dans certains secteurs nous éteignons les flammes et cela marche très bien", a déclaré le président républicain. Plus prudent, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a souligné que "le travail n'est pas terminé" dans le processus de reprise. "Je serai inquiet tant que nous n'avons pas ramené tout le monde sur le marché de l'emploi", a-t-il déclaré. Avant la crise sanitaire, le taux de chômage aux Etats-Unis s'affichait à 3,5% en février, au plus bas depuis 50 ans.

Le scénario de la reprise en V va-t-il se poursuivre ?

Mercredi, l'enquête mensuelle d'ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis, l'ISM américain du secteur manufacturier et les ISM chinois ou européens, avaient déjà confirmé l'hypothèse d'une reprise en 'V', même si de nombreux économistes restent prudents pour les prochains mois, alors que les cas de coronavirus ne cessent d'augmenter... Au niveau mondial ils ont désormais atteint un record de plus de 160.000 nouveaux cas quotidiens dans le monde, dont de plus de 50.000 aux Etats-Unis.

Les données hebdomadaires de l'emploi, qui portent sur la semaine dernière (non incluse dans le rapport de juin) montrent que le nombre de demandeurs d'emplois continue de diminuer, même s'il reste supérieur à un million pour la quinzième semaine consécutive. Pour la semaine close au 27 juin, les inscriptions au chômage ont ainsi atteint 1,427 million, contre 1,482 million la semaine précédente, mais supérieures au consensus, qui était positionné à 1,36 million. Il faudra donc attendre encore quelques temps pour mieux analyser le redémarrage du marché de l'emploi, l'amélioration mensuelle provenant surtout de réembauches, qui pourraient avoir été freinées fin juin par la résurgence de la pandémie outre-Atlantique.
Sur les devises, l'euro reste stable à 1,1230/$, tandis que le pétrole reste ferme avec le baril WTI qui refranchit la barre des 40$. Le brent pointe à 42,70$. L'once d'or cote ce matin 1.784$.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.