Asie : la hausse se confirme

Asie : la hausse se confirme©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 mai 2020 à 07h34

Dans le sillage des places financières européennes et de Wall Street, les indices boursiers de la zone Asie/Pacifique progressent de concert ce mardi... La Bourse de Tokyo grimpe de 1,8% avec Singapour et Hong Kong, Bombay rebondit de 2,2% avec Seoul, Sydney progresse aussi de plus de 2%. La hausse est plus modeste à Shanghai (+0,7%) et à Taiwan (+1,2%). Hier soir, la Bourse de New York a débuté la semaine sur les chapeaux de roues, les marchés pariant sur un redémarrage de l'économie mondiale et saluant des résultats positifs d'un essai clinique sur un vaccin anti-Covid par la biotech américaine Moderna qui a bondi en clôture de +20%. Le pétrole a poursuivi son rattrapage, tandis que le déconfinement s'accélère dans le monde, entraînant un rebond de la demande pétrolière. Dimanche soir, le président de la Fed Jerome Powell a évoqué une reprise progressive, mais a aussi appelé à "ne pas parier contre l'économie américaine à moyen terme".

A la clôture, l'indice Dow Jones a grimpé de 3,85% à 24.597 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 3,15% à 2.953 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a bondi de 2,44% à 9.234 pts. La semaine dernière, les trois indices américains avaient reculé respectivement 2,6%, 2,2% et 1,2% sur 5 séances dans la crainte d'une reprise économique lente et incertaine face au coronavirus.
Plus tôt dans la journée, les autres marchés mondiaux avaient également bien commencé la semaine, avec un gain de plus de 5% pour l'EuroStoxx 50 comme pour le CAC 40 à Paris, après l'annonce d'un projet de plan de soutien européen solidaire de 500 milliards d'euros.

Un candidat-vaccin prometteur

Les investisseurs ont donc salué les annonces encourageantes du laboratoire américain Moderna concernant un candidat-vaccin, même s'il ne s'agit pour l'instant que de la Phase 1 des essais cliniques. Dans le cadre de cet essai sur 45 volontaires, ces derniers ont produit des quantités d'anticorps comparables à celles relevées chez de patients guéris du Covid-19.
Le laboratoire a précisé dans un communiqué que la Phase 2 des essais doit débuter "prochainement", et que la Phase 3, la dernière et la plus importante avant une possible commercialisation, avec un grand nombre de volontaires, commencera dès juillet.

Le pétrole poursuit son "rally"

Sur les marchés pétroliers, le rattrapage se poursuit à mesure que les signes de reprise de la demande se précisent et que la réduction de la production des pays hors Opep+ s'accélère, laissant espérer un rééquilibrage du marché mondial... Sur le Nymex, le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison juin a bondi de 8% à 31,80$, remontant au plus haut depuis plus de deux mois, le 11 mars dernier. Le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance juillet a grimpé de 7% à 34,80$. La semaine dernière, le WTI avait repris près de 20% et le Brent avait gagné 5%.
De son côté, l'or a fait l'objet de prises de bénéfices, à 1.737$ l'once. Malgré une forte volatilité ces dernières semaines, le métal jaune progresse tout de même d'environ 14% depuis le début de l'année.

Sur le marché des changes, le billet vert a cédé du terrain, l'indice du dollar reculant de 0,78% à 99,62 points face à un panier de devises de référence. L'euro rebondit à 1,0915$, après l'annonce du projet de plan de soutien européen solidaire de 500 milliards d'euros, annoncé lundi par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Powell rassure les marchés

Le président de la Fed, Jerome Powell a rassuré les marchés lors d'une interview à la chaîne américaine 'CBS' dans l'émission "60 Minutes". Tout en estimant que la reprise "prendrait du temps et serait progressive", il a affirmé que la crise actuelle n'est pas comparable à la Grande Dépression des années 1930. Le banquier a expliqué que l'économie devrait se reprendre plus vite que dans les années 1930, malgré une profonde récession, et surtout un chômage très élevé qui pourrait atteindre ponctuellement 25%.

Powell s'est néanmoins montré confiant dans la capacité de l'économie américaine à surmonter la crise du Covid-19 en affirmant qu'"a long terme et même à moyen terme, il ne faut pas parier contre l'économie américaine". Il a aussi réaffirmé que la Fed ferait le nécessaire pour continuer à soutenir l'économie et les marchés financiers tant que durera la crise du Covid-19.
Le patron de la Fed a répété qu'il voyait un redémarrage de l'économie au deuxième semestre 2020, ajoutant que la véritable reprise dépendrait de la vitesse à laquelle un vaccin sera trouvé pour lutter contre le coronavirus.

Le président de la Fed interviendra par ailleurs à nouveau ce mardi devant la Commission bancaire du Sénat américain. Le texte de cette intervention a cependant été publié dès lundi soir après la clôture de Wall Street... Le patron de la banque centrale a répété que la Fed était prête à utiliser tout l'éventail de ses outils pour soutenir l'économie et qu'elle conserverait ses taux proches de zéro tant que la situation le nécessitera. Il n'a pas évoqué la possibilité de taux négatifs, une idée qu'il a déjà clairement repoussée à plusieurs reprises malgré les pressions de Donald Trump...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.