Asie : la prudence l'emporte

Asie : la prudence l'emporte
Après une période d'hésitation, les bourses asiatiques repartent à la hausse, à l'exception de l'indice Nikkei.

Boursier.com, publié le mercredi 22 juillet 2020 à 07h43

Peu de mouvement à noter sur les places de la zone Asie-Pacifique ce mercredi matin. La Bourse de Tokyo recule de 0,5%, Hong Kong perd 0,3%, Sydney corrige de 1,4%, Bombay et Seoul sont stables. Seule la bourse de Shanghai monte de 0,9% avec Taiwan (+0,3%). Hier soir, la cote américaine avait aussi terminé sur une note prudente, partagée entre une légère hausse de 0,17% du S&P500 à 3.257 pts, des prises de profits sur le Nasdaq après ses sommets de la veille (-0,81% à 10.680 pts) et un DJIA plutôt ferme, en hausse de 0,6% à 26.840 pts, aidé par des espoirs de vaccin ou de traitement contre le coronavirus... De son côté, le ministère japonais de la Santé a approuvé ce jour l'utilisation de la dexaméthasone comme deuxième traitement contre le COVID-19, alors qu'un essai clinique en Grande-Bretagne a montré que le corticoïde réduisait le taux de mortalité chez les patients hospitalisés. Les directives sanitaires du ministère ont été revues pour inclure la dexaméthasone, corticoïde bon marché et très utilisé, comme une option thérapeutique en plus du remdesivir, ont rapporté plusieurs sources japonaises. L'action du groupe japonais Nichi-Iko Pharmaceutical, l'un des fabriquants de la dexaméthasone, a grimpé de 6% après cette annonce...

Côté économique, après le plan de relance validé à Bruxelles par les responsables européens hier, le Congrès américain doit évaluer un nouveau plan de soutien économique, ce qui contribue à soutenir la tendance sur les bourses mondiales. Ainsi, les législateurs américains doivent discuter des prochaines étapes en réponse à la crise du coronavirus, les investisseurs misant sur un nouveau package financier dans un futur proche, alors que certaines mesures antérieures doivent expirer à la fin du mois...

Espoirs de traitement

Les nouvelles sur le front de l'épidémie sont quant à elles contrastées, avec plusieurs pistes prometteuses du côté de certains projets de vaccins ou traitements, mais aussi un nombre de cas de contamination qui ne cesse dans le même temps de progresser dans de nombreux Etats américains et au niveau mondial. Plusieurs laboratoires pharmaceutiques, dont AstraZeneca, Synairgen, BioNTech ou CanSino Biologics, ont fait état de résultats prometteurs d'essais...

Aux Etats-Unis, où Donald Trump défend désormais le port du masque, ce dernier évoque "une aggravation attendue de la situation avant que cela s'arrange"... Le président américain, qui compte bien voir les écoles rouvrir pour la rentrée scolaire, a publié sur Twitter plusieurs messages en faveur du port du masque de protection. "Nous sommes unis dans nos efforts pour vaincre le Virus Chinois Invisible, et de nombreuses personnes estiment qu'il est patriotique de porter un masque quand on ne peut pas faire de distanciation sociale. Il n'y a personne de plus patriotique que moi, votre président favori !", a lancé le président américain sur le réseau social média.

Tensions persistantes entre Washington et Pékin

Pendant ce temps, les relations entre les Etats-Unis et la Chine restent toujours aussi tendues. En visite à Londres mardi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé de ses voeux la création d'une coalition mondiale pour contrer "la menace" représentée selon lui par la Chine. Le chef de la diplomatie américaine a dénoncé "un pays agressif", citant les revendications de Pékin en mer de Chine méridionale, les différends avec l'Inde, ou l'épidémie liée au coronavirus que Mike Pompeo a accusé la Chine d'avoir exploitée de manière "honteuse"... "Nous espérons pouvoir bâtir une coalition qui comprend cette menace et s'emploiera collectivement à convaincre le Parti communiste chinois qu'il n'est pas dans son intérêt d'avoir ce genre de comportement", a déclaré Mike Pompeo devant la presse, au côté du ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.
"Nous voulons que chaque pays épris de liberté et de démocratie comprenne la menace que représente pour lui le Parti communiste chinois" a poursuivi Pompeo

Ce matin, sur les marchés, le baril de brent reste ferme à 44$ sur le Nymex. L'euro grimpe sur les 1,1545/$ après l'accord de relance de l'activité en Europe obtenu de haute lutte à Bruxelles. L'or culmine de son côté à 1.856$ l'once ce matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.