Asie : les indices boursiers en ordre dispersé

Asie : les indices boursiers en ordre dispersé
Après une période d'hésitation, les bourses asiatiques repartent à la hausse, à l'exception de l'indice Nikkei.
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 21 mai 2020 à 07h48

La tendance est incertaine ce jeudi matin sur les places de la zone Asie/Pacifique, malgré Wall Street qui est repartie de l'avant hier soir, soutenue par les Gafa et les pétrolières, tandis que les cours du brut ont retrouvé leurs plus hauts niveaux depuis près de deux mois. La Bourse de Tokyo recule de 0,10%, Sydney perd 0,2% avec Shanghai, Hong Kong glisse de 0,3%. Taiwan se redresse à l'inverse de 0,9%, suivi de Bombay qui progresse de 0,8%, Seoul s'adjuge 0,4%.
A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 1,52% à 24.575 points hier soir, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 1,67% à 2.971 pts. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a bondi de 2,08% à 9.375 pts, et affiche désormais un gain de 4,5% depuis le début de l'année, alors que le DJIA (-13,8%) et le S&P 500 (-8%) sont encore perdants...

Persistance des tensions avec la Chine

L'ombre au tableau est à chercher du côté des relations entre Pékin et Washington, alors que le Sénat américain a voté un projet de loi qui pourrait empêcher certaines entreprises chinoises de se faire coter et de lever des fonds à la Bourse de New York, un texte qui contribue à envenimer encore les relations sino-américaines.
Donald Trump a de son côté fait une nouvelle déclaration tonitruante sur Twitter, en comparant la pandémie de Covid-19 à une "tuerie de masse" mondiale, dont il impute la responsabilité à l'"incompétence" de la Chine...

Baisse surprise des stocks de pétrole aux Etats-Unis

Pétrole en hausse

Les marchés pétroliers ont repris de la hauteur à la faveur d'une baisse surprise des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a grimpé de 5% à 34$, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance juillet est remonté à 36,40$.
Le brut continue donc son puissant rebond entamé après son plongeon de la fin avril en terrain négatif. Les signes d'une reprise de la demande et d'une réduction de l'offre plus rapide que prévu, font espérer un possible rééquilibrage du marché mondial. Mercredi, le Département à l'Energie a publié une baisse surprise des stocks pétroliers américains pour la semaine close au 15 mai. Ils ont diminué de 4,9 millions de barils à 526,5 mb, alors que le consensus tablait sur une hausse de 2,1 mb.

L'or progresse aussi

L'or reste ferme autour des 1.748$ l'once. Le métal jaune progresse d'environ 14% depuis le début de l'année, soutenu par les incertitudes entourant l'ampleur de la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19. Les injections massives de liquidités de la part des banques centrales soutiennent aussi les actifs matériels tels que l'or et les autres métaux précieux.
Sur le marché obligataire américain, le rendement du T-Bond à 10 ans a cédé 2 points de base à 0,67%. Sur le marché des changes, le billet vert poursuit son repli, l'indice du dollar reculant à 99,14 points face à un panier de devises de référence. L'euro pointe à 1,0960$, toujours soutenu par l'annonce, en début de semaine, d'un projet de plan de soutien européen de 500 milliards d'euros par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Par ailleurs, la Réserve fédérale a publié mercredi le compte-rendu de sa dernière réunion des 28 et 29 avril. Dans ces "Minutes", les responsables de la Fed ont renouvelé leur engagement à maintenir les taux d'intérêt proches de zéro jusqu'à ce qu'ils soient convaincus que l'économie américaine est en passe de rebondir, selon ce compte-rendu.
Les participants sont convenus de "recourir aux outils du Comité et d'agir de manière appropriée pour soutenir l'économie", a indiqué le Fed. Le compte-rendu révèle que les banquiers centraux sont très inquiets de la gravité de la crise économique provoquée par le Covid-19. La Fed fait état d'une "quantité extraordinaire d'incertitudes et de risques considérables" liés au coronavirus. Les participants se sont aussi inquiétés de l'impact de possibles faillites en série sur la santé financière des banques américaines...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.